Finlande : La police fait la chasse aux pizzas à moins de six euros

 En Finlande, la police appelle les citoyens à leur communiquer les adresses des restaurants proposant des pizzas à moins de six euros. Cela, dans le cadre d’une campagne nationale, légèrement surréaliste, dont certains internautes ne se privent de se moquer sur les médias sociaux. Elle est pourtant considérée par les autorités comme une première étape décisive dans la lutte acharnée contre le marché gris, les fraudes et autres activités illégales préjudiciables aux intérêts financiers de l’État finlandais.

(capture d'écran Facebook/ Suomen poliisi)
 Cette image, publiée sur la page Facebook de la police finlandaise, vise à illustrer visuellement qu’il est impossible pour un restaurateur de proposer légalement des pizzas à moins de six euros. À l’en croire, l’achat des ingrédients représenterait un tiers de ce prix, le paiement des salaires un autre tiers, 11,5% seraient nécessaires pour s’acquitter de la TVA, 9,6% partiraient dans le paiement du loyer et enfin 8% en coûts divers.
(capture d’écran Facebook/ Suomen poliisi)

Nous avons besoin de l’aide des citoyens. À moins qu’une pizza ne fasse l’objet d’une offre temporaire, il est totalement impossible qu’un établissement puisse légalement offrir une pizza à moins de six euros. Vous pouvez nous signaler les restaurants suspects par le biais de notre site Internet ou bien nous contacter sur les réseaux sociaux », informe Minna Immonen, la porte-parole des services de police de la région d’Uusimaa, la plus peuplée de Finlande. Les internautes ont d’abord cru à une plaisanterie. Pourtant, ce message très sérieux n’a rien d’une farce.

En effet, la police finlandaise a demandé aux habitants du pays, par l’intermédiaire d’un texte, publié lundi dernier sur les réseaux sociaux et accompagné de la photo ci-dessus, de l’aider à lutter contre les restaurateurs qui seraient peu enclins à payer leurs taxes. Leur première cible : les pizzerias. Et pas n’importe lesquelles, celles qui proposent, hors offres spéciales, des pizzas à moins de trop bon marché.

La campagne, qui devrait durer quelques semaines, est la première d’une série de mesures visant à lutter contre l’ « économie grise » (NDLR, les circuits de l’argent au noir permettant de frauder) à l’échelle nationale. Contactée par la radio nationale finlandaise Yle, la police, qui met en avant le fait que cette « économie grise » représente des millions d’euros en moins dans les caisses de l’État, explique qu’au lieu de générer des moqueries, cette campagne devrait au contraire inciter le public à collaborer avec elle.

« Aussi séduisante que soit la perspective d’une pizza pas chère, particulièrement avec la hausse du prix des denrées alimentaires, c’est la possibilité pour certains entrepreneurs peu scrupuleux de frauder », commente Minna Immonen avant d’ajouter qu’il est également « crucial de rappeler aux gens qu’un prix bas n’est pas le seul indicateur, et que l’absence de ticket de caisse devrait également alerter les consommateurs ». Selon Yle, depuis lundi, la Police finlandaise aurait d’ores et déjà réussi à faire enlever quelques-unes des offres les plus alléchantes des menus.

Les Finlandais ont bien sûr accueilli cette campagne avec un mélange d’amusement et d’incrédulité. Comme le fait remarquer un article de la BBC, certains internautes n’ont pas hésité à faire remarquer que « les ressources limitées des forces de police » pourraient être mieux employée en s’attaquant à de « véritables problèmes » . D’autres pointent du doigt l’État finlandais. À les croire, ce dernier, avec la mise en place de taxes et d’impôts trop élevés, serait le premier responsable de l’existence dans le pays de cette florissante « économie grise ».

Recommandé pour vous

0 commentaires

Connexion

S'inscrire

Réinitialiser mot de passe

Testez 8e étage gratuitement pendant 1 mois !

Des grands reportages exclusifs en toute indépendance 🌍
ESSAI GRATUIT