Un diplôme de tauromachie en Espagne ?

 Le ministère de l’Éducation espagnol travaille actuellement sur un programme de formation à la tauromachie. Histoire, techniques à adopter dans l’arène… de quoi former de vrais petits toreros. Étonnant, dans un pays violemment divisé sur ce “sport”.

(photo flickr/Morgan Ossola)
(photo flickr/Morgan Ossola)

La Tauromachie est une manifestation artistique sans aucun aspect idéologique et fait partie de la culture traditionnelle et populaire de l’Espagne”, peut-on lire sur l’esquisse du projet gouvernemental. Une formation de 2 000 heures sera dispensée aux étudiants qui choisissent de s’y consacrer, nous explique El Pais, qui a mis la main sur le document officiel décrivant le projet. Les diplômés pourront ainsi devenir banderilleros – celui qui pique le taureau avec des banderilles –, picadores – celui qui pique le taureau à dos de cheval –, novilleros – toreros juniors qui sont uniquement autorisés à tuer de jeunes taureaux – ou bergers.

Ce plan prévisionnel doit encore être discuté entre le ministère et les communautés autonomes d’Espagne, mais déjà, les réactions fusent : “Nous devrions aider les élèves à réussir leur éducation classique mais au lieu de cela, le gouvernement veut les transformer en assistant de torero”, a déclaré Irène Rigau, en charge de l’éducation pour la Catalogne.

Désignée comme “une part essentielle de l’héritage espagnol”, la tauromachie est pourtant l’objet de nombreuses dissensions au sein du pays. La Catalogne, notamment, a banni cette pratique en 2010, suivant ainsi l’exemple de l’archipel des Canaries (qui l’a bannie en 1991). Les gouvernements des Baléares et de Valence ont récemment déclaré qu’ils songeaient eux aussi à bannir cette pratique. En septembre, Madrid avait également annulé la subvention de 61 000€ attribuée à l’école de torero Marcial Lalanda

La création de ce diplôme intervient donc dans un contexte déjà tendu. Cependant, le gouvernement de Mariano Rajoy (centre-droite) a toujours supporté la corrida. Cette position amène de nombreux votes de la part des conservateurs, nous rapporte le quotidien espagnol.

Le dernier sondage concernant la tauromachie date de 2010 et rapporte que 60% des Espagnols affirmeraient ne pas aimer les corridas. Pourtant, 52% resteraient favorables à ce qu’elles soient maintenus. L’association nationale des organisateurs de spectacles taurins a également signalé qu’en 2014, les corridas ont attiré six millions de personnes. Une hausse de participation inédite depuis 2006. Rappelons également que la tauromachie a été classée “patrimoine culturel immatériel” de l’Espagne en avril dernier.

Recommandé pour vous

0 commentaires