L’Estonie offre un salaire à dix artistes et écrivains pour « encourager la créativité »

 À compter de 2016, le ministère de la Culture estonien versera un salaire à cinq écrivains et cinq artistes du pays, et ce pour une durée totale de trois ans. Objectif : encourager leur créativité en les libérant pour un temps des soucis matériels. Afin de mener le projet à bien, le ministère a d’ores et déjà annoncé qu’un budget de 160 000 euros par an y serait entièrement dédié.

(Photo Flickr/ Tatyana A.)
(Photo Flickr/ Tatyana A.)

L’argent ne fait pas toujours bon ménage avec la créativité, comme l’ont montré de nombreuses expériences. Pourtant, de nombreux artistes ou écrivains, des métiers où l’insécurité financière est presque devenue la norme, n’accueilleraient-ils pas avec joie la perspective d’un salaire mensuel ? Totalement libérés des soucis financiers, ils pourraient alors donner libre cours à leur créativité.

C’est la conclusion à laquelle semble être arrivé le ministère estonien de la Culture qui a révélé vendredi dernier qu’il s’apprêtait à verser, à partir de 2016, un salaire mensuel à dix écrivains et artistes qui seront choisis au terme d’un processus de sélection drastique, comme le rapporte la radio publique estonienne ERR. Le ministère consacrera à ce projet un budget annuel de 160 000 euros durant les trois prochaines années.

« L’intérêt de l’État est ici très simple : un poète ou un peintre a besoin de se concentrer sur son travail créatif », a ainsi expliqué Meelis Kompus, le responsable de la communication du ministère. « De tels professionnels de la création n’ont pas toujours l’opportunité d’être employés de façon permanente par des institutions, par exemple un syndicat d’écrivains, où les auteurs peuvent se retrouver chaque matin pour écrire des livres, tout en sachant qu’ils recevront un salaire mensuel. Ils ont aussi besoin de garanties sociales. S’ils ne bénéficient pas d’un soutien (financier) et se voient obligés de cumuler les contrats pour arriver à s’en sortir, ce sont de précieuses œuvres qui risquent de ne jamais voir le jour », a-t-il ajouté.

Selon Indrek Saar, le ministre de la Culture de ce petit pays balte dont la population dépasse à peine 1,3 million d’habitants, les salaires garantis par l’État offriront une vraie forme de sécurité financière aux bénéficiaires, ne serait-ce que parce qu’ils seront versés sur une période plus longue que les bourses et autres formes de financement auxquels sont habitués les artistes.

Comme l’explique un article de la BBC, reste maintenant aux écrivains et artistes estoniens intéressés à soumettre un portfolio de leur travail, une lettre de motivation et mettre en évidence leurs objectifs créatifs pour les prochaines années. La concurrence s’annonce rude.

Recommandé pour vous

0 commentaires