Un Russe sur trois exempté de service militaire pour raisons médicales

 Cette année en Russie, près de 30% des appelés ont été exemptés de service pour raisons médicales. Un phénomène qui n’a rien de nouveau dans un pays où le service militaire continue, à raison, d’avoir très mauvaise réputation.

(Photo Flickr/ Ingmar Zahorsky)
(Photo Flickr/ Ingmar Zahorsky)

En Russie (Crimée comprise), le service militaire demeure obligatoire pour tous les hommes âgés de 18 à 27 ans. Auparavant d’une durée de deux ans, il a été ramené à douze mois au printemps 2008. Pourtant, à en croire les informations révélées par Alexandre Fisun, un responsable de la direction médicale militaire du Ministère de la Défense russe, à Rossiiskaya Gazeta ce mardi, près d’un tiers des appelés échapperaient finalement au service pour raisons médicales. Une tendance restée constante au fil de ces dernières années.

Comme l’explique un article du Moscow Times, ce chiffre élevé découlerait du fait qu’un grand nombre d’appelés simuleraient des problèmes de santé afin d’échapper à leurs obligations militaires. Et pour cause, le service militaire russe a très mauvaise réputation, et ce en partie à cause de la « diedovtchina », une forme de bizutage particulièrement brutale qui y fait (tristement) figure de véritable institution.

En juillet dernier encore, un jeune Russe mourrait des suites de blessures infligées des mains de son supérieur direct dans la région de Tcheliabinsk, dans l’est du pays. Ce garçon d’à peine dix-neuf ans avait été frappé à la tête avec une gourde en fer à de multiples reprises. Un exemple parmi tant d’autres. Suicides et violences entrainant la mort font la réputation de l’armée russe depuis maintenant plusieurs décennies. Tant et si bien qu’en 1989 une ONG russe se consacrant exclusivement à la défense des droits de l’homme au sein de l’armée, l’Union des comités de mères de soldats de Russie, a d’ailleurs fini par voir le jour.

Ces problèmes, Alexandre Fisun ne les mentionne même pas. Selon lui, si beaucoup de Russes échappent au service, ce serait uniquement parce que les comités médicaux en charge d’évaluer l’aptitude au service d’un individu appliqueraient des standards particulièrement élevés. « Nous n’avons pas besoin de soldats malades dans l’armée », a-t-il ainsi expliqué à Rossiiskaya Gazeta, avant d’ajouter que c’est « pour cela que les jeunes gens doivent être examinés par un minimum de trois comités médicaux différents de la direction médicale militaire ».

Selon le Moscow Times, le problème médical le plus couramment invoqué cette année par les appelés relève de l’ordre des troubles musculosquelettiques (catégorie qui inclue par exemple l’arthrite ou l’ostéoporose). Les désordres neuropsychologiques arrivent en deuxième position, juste devant les maladies cardio-vasculaires (comme l’hypertension) et les affections respiratoires (à l’instar de l’asthme).

D’autres moyens existent pour échapper au service militaire. Parmi les plus utilisés, quitter le territoire, faire des études longues ou encore avoir recours à la corruption. Selon l’agence de presse russe Interfax, plus de 63 000 Russes auraient été appelés sous les drapeaux depuis octobre dernier.

Recommandé pour vous

0 commentaires