Des « voies réservées à la marche rapide » à Liverpool

 Cette semaine, les gens particulièrement pressés peuvent choisir d’emprunter des « voies réservées à la marche rapide » lorsqu’ils font leurs achats dans un centre commercial de Liverpool. Une expérience censée exaucer le souhait d’une majorité de Britanniques, mais qui a pourtant tout du coup de pub, qui s’arrêtera dimanche.

(Photo  Argos)
(Photo  Argos)

Quarante-sept pour cent des Britanniques considéreraient que les gens qui marchent lentement sont ce qui les dérange le plus lorsqu’ils font les magasins. Voilà ce qu’avance une récente étude, menée auprès d’un échantillon de 1505 personnes adultes, par l’institut de sondage Opinion Matters pour le compte de l’entreprise de vente au détail britannique Argos.

Cette étude, le « Liverpool One shopping complex », un centre commercial de Liverpool, ville du nord-ouest de l’Angleterre, a décidé de la prendre au pied de la lettre. Ainsi, comme le rapporte un article de The Independent, il est possible cette semaine d’y faire ses achats en empruntant des « voies réservées à la marche rapide ».

« Avec 28,8 millions de Britanniques (NDLR, Argos ne précise pas d’où vient de chiffre) qui disent souhaiter qu’une « voie réservée à la marche rapide » soit installée sur l’artère commerçante la plus proche de chez eux, pour garantir que la durée passée à slalomer dans la foule soit minimale, Argos a décidé de lancer la première voie permettant de contourner la foule », a annoncé l’entreprise par le biais d’un communiqué. On y apprend également qui si l’idée semble être particulièrement populaire chez les plus jeunes (69% des 16-24 ans l’accueilleraient positivement), elle serait loin de faire l’unanimité chez les personnes âgées de 55 ans et plus (seuls 37% des interrogés s’en disent satisfait).

Comme le précise un article de Mashable, ces voies se révèlent en réalité être une forme de publicité pour le détaillant, dans la mesure où elles mènent directement à l’un de ses lieux de vente. De plus, il ne s’agit pour l’heure que d’une phase de test, qui prendra fin ce dimanche.

Les Anglais ne sont pas les seuls à avoir ce genre d’idées. L’année dernière, dans le cadre d’une expérience sociale, National Geographic avait fait peindre, de façon temporaire, des voies réservées aux piétons utilisant leurs téléphones portables sur une poignée de trottoirs de la ville américaine de Washington. Dans la même veine, nous vous avions également parlé l’année dernière de la ville chinoise de Chongqing qui avait décidé de faire la même chose. Aux dernières nouvelles, ces opérations n’avaient (heureusement) rencontré qu’un succès mitigé.

Recommandé pour vous

0 commentaires