Le Guatemala interdit le mariage des enfants

 Le Parlement guatémaltèque a approuvé la semaine dernière une proposition de loi qui ramène l’âge légal pour le mariage, hommes et femmes confondus, à 18 ans, contre respectivement 16 et 14 ans précédemment. Objectif ? Faire diminuer le nombre de grossesses précoces, qui demeure encore de nos jours très élevé dans le pays, ainsi que le nombre de jeunes filles déscolarisées.

(Photo Flickr/ World Bank Photo Collection)
(Photo Flickr/ World Bank Photo Collection)

Jusqu’alors près d’un tiers des jeunes filles du Guatemala se mariaient avant leurs 18 ans, comme le révèle un rapport du Fonds des Nations Unies pour la population. Une période bientôt révolue. Enfin, c’est du moins ce qu’espère l’État guatémaltèque.

Au terme d’une longue campagne, menée de front par plusieurs ONG, le Parlement du pays vient d’approuver une proposition de loi ramenant l’âge minimum légal pour le mariage à 18 ans, comme le rapporte un article paru dans les pages du Guardian. Il était précédemment fixé à 16 ans pour les hommes et 14 ans pour les femmes. Ces dernières pourront néanmoins continuer de se marier à partir de l’âge de 16 ans dans le cadre de certaines circonstances bien précises et avec l’aval d’un juge.

Interrogée par Reuters, Christa Stewart, porte-parole de l’ONG Equality Now, qualifie l’adoption de cette loi « d’étape essentielle vers la reconnaissance du véritable potentiel des filles et la restructuration de la manière dont elles doivent être traitées en société». Cependant, pour que « la loi soit véritablement appliquée, il est impératif [que son adoption] s’accompagne d’un changement culturel profond, ce qui passe par la formation des juges, et des efforts pour atteindre les régions rurales les plus éloignées», ajoute-t-elle.

Comme le rappelle le Guardian, les adolescentes représentent actuellement près d’un quart des nouvelles mères au Guatemala. L’un des taux les plus élevés de toute l’Amérique latine. Les partisans de la nouvelle loi espèrent qu’elle permettra de réduire le nombre de grossesses précoces et, par ricochet, celui de jeunes filles déscolarisées. Comme le résume Christa Stewart, trop souvent « si une fille est mariée, on présume qu’elle sera bientôt enceinte et [les parents] sont peu susceptibles de l’inciter à terminer son éducation».

Dans la plupart des pays d’Amérique latine, l’âge minimum légal du mariage est fixé à 18 ans. Beaucoup d’entre eux autorisent cependant les enfants à se marier plus tôt sous réserve que les parents, ou parfois un juge, ne donnent leur permission. Selon les chiffres de l’ONG Girls Not Brides, chaque année dans le monde, plus de 10 millions de jeunes femmes sont mariées avant leurs 18 ans.

Rappelons qu’en France, ce n’est que depuis 2005 que l’âge légal pour le mariage des jeunes femmes a été fixé à 18 ans — en 1804 pour les hommes. Selon l’article 145 du Code civil, le procureur de la République du lieu de célébration du mariage peut cependant accorder par dérogation des dispenses d’âge pour « motifs graves ». Il s’agit le plus souvent de la grossesse d’une mineure.

Recommandé pour vous

0 commentaires