Pollution à Pékin : Les habitants sont priés de rester chez eux

 Alors que la Conférence mondiale sur le climat se déroule en ce moment même à Paris, la deuxième ville la plus peuplée de Chine sort d’un weekend où le seuil de pollution a atteint 15 fois les niveaux habituels.

 Différence entre un jour "sans pollution" et un jour ou le "smog" engloutit Pékin. (photo flickr/ Peter Barwick)
 Différence entre un jour “sans pollution” et un jour où le “smog” engloutit Pékin.
 Cliquer pour agrandir (photo flickr/ Peter Barwick)

Le premier pays émetteur de gaz à effet de serre a prié les habitants de Pékin, capitale du nord du pays, à rester chez eux ce weekend en raison de niveaux de pollution particulièrement élevés. Au petit matin, samedi, les niveaux de particules fines atteignaient 391 microgrammes par mètre cube d’air, 15 fois plus que le seuil de respirabilité fixé par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) (25 microgrammes par mètre cube d’air).

Depuis vendredi, la mégalopole chinoise est plongée dans un brouillard épais réduisant la visibilité à seulement quelques centaines de mètres. Le ministre de la protection environnementale a ordonné des mesures strictes jusqu’à mardi dans la région de Pékin ainsi que dans l’ouest du Shandong et le nord du Henan, invitant notamment les habitants des régions concernées à rester chez eux. Des vents forts venus du nord et attendus pour le milieu de semaine devraient permettre de chasser les polluants et de nettement améliorer la qualité de l’air.

Selon les autorités, l’arrivée de l’hiver et le regain d’activité des centrales à charbon du pays qu’elle entraine serait la principale cause de ces pics de pollution bien connus. Le ministère a par ailleurs déclaré avoir envoyé des équipes pour vérifier qu’aucune centrale n’enfreint les règlementations en terme d’émission de gaz à effet de serre, particulièrement dans le nord du pays.

Dans le passé, les autorités ont fermé temporairement les usines et empêché la moitié des véhicules de circuler pour tenter de réduire les niveaux de pollution. Mais de telles mesures ne sont efficaces qu’à court terme et généralement mises en place quand Pékin veut donner une bonne image d’elle-même sur la scène internationale, notamment en parallèle d’un sommet mondial sur le climat.

Plus tôt ce mois-ci, les niveaux de pollution ont atteint 50 fois le seuil de recommandation fixé par l’OMS dans la région de Shenyang, dans le nord-est du pays, réduisant la visibilité à moins d’une centaine de mètres. Cette fois encore les autorités avaient rejeté la faute sur un besoin urgent d’électricité provoqué par l’arrivée de l’hiver.

Recommandé pour vous

0 commentaires