Suède : Un essai sur le féminisme distribué aux lycéens de 16 ans et plus

 Un lobby féministe suédois a décidé d’offrir le livre de la romancière nigériane Chimamanda Ngozi Adichie « Nous sommes tous des féministes » à tous les lycéens du pays âgés de 16 ans et plus. Objectif : faire de l’égalité des sexes un sujet de discussion chez les adolescents suédois.

(Photo Flickr/ Howard County Library System)
 Chimamanda Ngozi Adichie
(Photo Flickr/ Howard County Library System)

En Suède, l’intégralité des lycéens âgés de 16 ans et plus vont recevoir gratuitement une copie, en suédois, du livre de la romancière nigériane Chimamanda Ngozi Adichie « Nous sommes tous des féministes », un essai qui s’est d’ores et déjà écoulé à plus de 100 000 exemplaires dans le monde.

À l’origine de cette initiative, qui vise à faire des rôles de genre et de l’égalité des sexes des sujets de discussion chez les jeunes, le Lobby suédois des femmes et l’éditeur Albert Bonniers. Le projet bénéficie également du soutien d’un certain nombre d’associations suédoises à l’instar de l’Association des Nations Unies suédoise ou encore de la Confédération des syndicats suédois.

La distribution a débuté le premier décembre dernier dans un lycée de Stockholm, comme le rapporte un article du Guardian. Lors d’une conférence de presse, Johanna Haegerström, responsable d’édition chez Albert Bonniers, a déclaré qu’elle espérait maintenant que le livre fera office pour les lycéens « de première pierre vers une discussion sur le genre à partir d’expériences qui sont propres aux jeunes » et que les professeurs envisageront également d’intégrer l’étude du livre dans leurs programmes.

Pour sa part, Clara Berglund, la présidente en activité du Lobby suédois des femmes, considère l’ouvrage « Nous sommes tous des féministes » comme un précieux « cadeau fait aux lycéens », mais aussi à la société dans son ensemble ainsi qu’aux futures générations. « Il s’agit du livre que j’aurais souhaité voir lire la totalité des garçons de ma classe quand j’avais 16 ans », a-t-elle expliqué.

Et pour cause, cet essai sur le féminisme est un appel vibrant à l’égalité homme/femme dans le monde. Il s’agit essentiellement de la retranscription d’un discours du même nom d’une durée d’environ une demi-heure (disponible en langue anglaise ci-dessous) que l’auteure, Chimamanda Ngozi Adichie, avait prononcé lors d’une conférence TEDx à Londres, en 2012. Une vidéo déjà visionnée par plus de deux millions trois cent mille personnes.

Interrogée par Libération en avril dernier, Chimamanda Ngozi Adichie expliquait que pour elle « initier une discussion sur ces questions » est tout simplement un « impératif moral ». « Trop de personnes sont convaincues que le sexisme n’est plus un problème sérieux. Or, il le reste dans tous les pays du monde », résumait ainsi la romancière.

« Quand j’avais 16 ans, je ne pense pas que je comprenais ce que le mot “féminisme” voulait dire. Je pense même que je ne connaissais pas du tout ce mot. Pourtant j’étais féministe. Aujourd’hui, je souhaite que tous les lycéens suédois de 16 ans qui vont lire ce livre découvrent également qu’ils ou elles sont des féministes. Plus encore, j’espère qu’un jour proche viendra où nous n’aurons plus besoin d’être des féministes. Parce que nous vivrons dans un monde réellement juste et égal », a-t-elle ajouté la semaine dernière dans un message vidéo spécialement enregistré à l’intention des lycéens suédois.

Recommandé pour vous

0 commentaires