Nouvelle-Zélande : Les adorateurs du “Monstre en spaghettis volant” peuvent désormais se marier

 La Nouvelle-Zélande autorise désormais la célébration de mariages pastafariens sur son territoire, une religion monothéiste dont la divinité est le “Monstre en spaghettis volant”.

4076877

Ces derniers temps, quand la presse internationale s’intéressait à la Nouvelle-Zélande, c’était le plus souvent pour parler du prochain référendum qui donnera aux Néo-Zélandais la possibilité de choisir si le pays gardera, ou non, son drapeau actuel. Il se passe cependant bien d’autres choses (certes, parfois relativement étranges) au pays des kiwis. Cette semaine par exemple, la Nouvelle-Zélande a autorisé, par voie de décret publié au journal officiel, les célébrations de mariages pastafariens.

Selon le greffier général, Jeff Montgomery, interrogé par le site Internet d’information Stuff.co.nz, la décision aurait été basée uniquement sur le critère selon lequel l’organisation « défend ou promeut » des convictions religieuses, philosophiques ou humanitaires. « Nous n’émettons pas de jugement de valeur quant à la validité de ces croyances ou convictions », a-t-il ainsi précisé.

Le Top Ramen, principal responsable de l’Église, qui a souhaité garder l’anonymat, a déclaré sur les ondes de Radio New Zealand que la prochaine étape était maintenant de désigner une personne qui aura la charge de célébrer les mariages. « Nos membres aiment se marier, certains d’entre-eux plusieurs fois », a-t-il expliqué avant d’ajouter : « lors des cérémonies à venir, les membres seront libres de se déguiser en pirate ou en pâtes, nous sommes assez flexibles de ce côté-là ».

Une « cérémonie religieuse » célébrée dans une église pastafarienne en Allemagne. (Capture d'écran Youtube/ BZ Berlin)
 Une « cérémonie religieuse » célébrée dans une église pastafarienne en Allemagne.
(Capture d’écran Youtube/ BZ Berlin)

Le pastafarisme (de « pasta », pâtes en anglais, et « rastafari ») est une parodie de religion monothéiste. Ses adeptes disent vénérer une entité qu’ils nomment le Monstre en spaghettis volant. Ce culte imaginaire, et volontairement loufoque, inventé en 2005 par Bobby Henderson, un diplômé en physique de l’université d’État de l’Oregon, visait initialement à dénoncer la décision du Comité d’Éducation de l’État du Kansas de mettre sur un pied d’égalité l’enseignement des thèses du mouvement du « dessein intelligent » (NDLR, ce qui équivaut peu ou prou aux thèses créationnistes) et celui de la théorie de l’évolution dans les écoles.

Peu de temps après cette décision, le jeune homme avait demandé à l’État du Kansas, par l’intermédiaire d’une lettre ouverte dans laquelle il expliquait croire en un dieu créateur surnaturel ressemblant à un plat de spaghettis et de boulettes de viande, d’aller jusqu’au bout de sa logique et d’accorder aux thèses pastafaristes une durée d’enseignement qui serait égale à celle du « dessein intelligent » et de la théorie de l’évolution.

Depuis, le mouvement a suscité l’engouement sur Internet et de nombreuses communautés pastafariennes ont émergé dans le monde. Régulièrement, des adeptes autoproclamés se disent discriminés pour motif religieux. Il s’agit le plus souvent de personnes désireuses de se faire entendre dans différentes polémiques ayant trait aux libertés de religion, et parfois d’expression, en jouant la carte de l’absurde.

Recommandé pour vous

0 commentaires