L’Ukraine réfléchit à fêter Noël le 25 décembre plutôt que le 7 janvier

Sofiyska square à Kiev, Ukraine. (photo flickr/Oleksii Leonov)
 Sofiyska square à Kiev, Ukraine. (photo flickr/Oleksii Leonov)

Signe de la crise identitaire majeure subie par l’Ukraine, certains de ses habitants ont lancé une pétition sur le site de la présidence pour que Noël soit fêté à l’heure occidentale, c’est-à-dire le 25 décembre, plutôt que le 7 janvier comme le veut la tradition orthodoxe. Un pas de plus dans la direction de l’Europe qui prouve que l’Ukraine n’a pas fini de tout faire pour tenter de s’éloigner de Moscou. En cause, bien évidemment, l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014.

Si la pétition engrange suffisamment de soutiens, le président Petro Porochenko sera obligé d’examiner la question, même si c’est le parlement ukrainien qui aura le dernier mot. Oleksander Turchynov, secrétaire de la sécurité de l’Ukraine, s’est déclaré en faveur de l’idée même s’il pense qu’une période de transition au cours de laquelle les Ukrainiens pourront fêter Noël le 25 décembre (qui est actuellement un jour travaillé) et le 7 janvier est nécessaire.

L’Église orthodoxe russe domine le centre, le sud et les régions orientales de l’Ukraine, tandis que les catholiques et les Grecs-catholiques – qui célèbrent la naissance de Jésus le 25 décembre – sont concentrés dans l’ouest du pays. « Nous, chrétiens de différentes confessions de l’Ukraine, sans abandonner nos traditions et vouloir fêter Noël en même temps que l’ensemble du monde chrétien, souhaitons pouvoir poser des vacances le 25 décembre en l’honneur de Noël », a écrit l’un des pétitionnaires.

Une modification du calendrier ukrainien ne semble cependant pas être pour demain… Lancée le 28 décembre, la pétition n’a pour l’instant recueilli que 104 signatures sur les 25 000 nécessaires pour être examinée par le président de la République. Des sujets comme la privatisation de l’aéroport international d’Odessa ou une baisse de budget alloué à la Science intéressent visiblement plus les pétitionnaires ukrainiens.

Recommandé pour vous

0 commentaires