La police de Tokyo va prendre des photos en 3D de tous ses suspects

Document police de Tokyo
Document police de Tokyo

Tous les suspects en garde à vue seront bientôt contraints de se plier à une série de portraits anthropométriques en 3D, permettant de connaître la forme et le volume exacts d’un visage humain, dans la capitale japonaise Tokyo. Cette nouvelle mesure, qui entrera en vigueur en avril selon le site d’information The Asahi Shimbun, a pour objectif d’améliorer la reconnaissance faciale des caméras de surveillance de la métropole, et ainsi d’endiguer la criminalité, comme l’explique un gradé du département de police :

Vu que nous pouvons identifier et arrêter les suspects plus rapidement et avec une meilleure précision, nous ne pouvons que nous attendre à voir notre taux d’arrestation devenir meilleur

La totalité des 102 postes de police de la capitale sera donc équipée d’une caméra 3D à partir d’avril. C’est la section d’identification de la police qui sera chargée de gérer tous les clichés produits par le nouveau système.

Orientés vers le bas ou pris de côté, les visages capturés par les caméras de surveillance donnent souvent du fil à retordre aux enquêteurs. Un travail grandement facilité par ces nouveaux portraits en 3D, composés de clichés pris sous trois angles différents, dont on peut faire varier l’éclairage. Jusqu’à maintenant, le département de police de Tokyo, comme la quasi-totalité des équipes de police du monde, ne travaillait qu’avec des photos anthropométriques en deux dimensions, de face et de côté.

Tokyo, qui accueillera les Jeux olympiques d’été en 2020, peut d’ores et déjà se vanter d’avoir un des taux de criminalité les plus bas du monde, malgré le fait qu’il soit en état élevé d’alerte depuis l’exécution par l’EI de deux otages japonais en janvier 2015.

Recommandé pour vous

0 commentaires