Canada : Un député veut modifier l’hymne national pour y « inclure les Canadiennes »

Mauril Bélanger, député d’Ottawa-Vanier, va prochainement déposer un nouveau projet de loi pour modifier l’hymne national du Canada. Il souhaite en changer les paroles afin d’y « inclure les Canadiennes ».

(Photo Vac / ACC / Flickr)
(Photo Vac / ACC / Flickr)

«True patriot love in all thy sons command ». Incriminé depuis des années par les défenseurs de l’égalité femme-homme et les féministes de tout poil, le deuxième vers de l’Ô Canada, que l’on peut traduire par « Commande chez tous tes fils un fidèle amour patriotique », est une nouvelle fois la cible d’un député. Refusé une première fois à 17 voix près en deuxième lecture, en avril dernier, le projet de loi de Mauril Bélanger prévoit de modifier la fameuse phrase par « in all of us command », soit « dans le cœur de tous ceux qui l’ont bâti ». Deux petits mots qui continuent de faire polémique.

Pourtant, Bélanger a présenté au printemps dernier un sondage qui indique que 60% des citoyens seraient d’accord avec cette modification de l’hymne. Il a par ailleurs expliqué ses motivations dans un communiqué :

Je tiens à rendre hommage, avec ce projet de loi, à toutes les femmes qui ont travaillé et lutté pour bâtir et façonner le Canada que nous connaissons aujourd’hui. Je tiens à honorer enfin leurs sacrifices et leurs contributions

Des militants féministes tentent de changer les paroles de l’Ô Canada depuis 1980, date à laquelle il a remplacé God Save The Queen comme hymne national. L’opposition conservatrice a réussi à faire échouer les dix tentatives législatives précédentes en qualifiant cette refonte tour à tour de « grammaticalement inutile » ou en expliquant que la plupart des soldats canadiens sont des hommes.

Si le parlement décide cette fois de faire passer cette loi, le changement ne sera finalement qu’un retour à la version originelle de l’hymne, les paroles ayant été changées en 1914 pour soutenir les « fils » qui avaient pris part à la Première Guerre mondiale.

Plusieurs militants ont exhorté le parlement à « réaliser ce minuscule et très simple changement afin de corriger une anomalie historique et d’assurer un hymne non sexiste avant 2017, lorsque le Canada célébrera le 150e anniversaire de sa fondation ».

Le Canada n’est pas le seul pays à chercher à rendre son hymne plus inclusif. En 2012, l’Autriche a modifié le sien pour reconnaître le rôle des femmes du pays. L’année dernière, c’est la Suisse qui a organisé un concours afin de trouver un texte plus moderne à son hymne.

Recommandé pour vous

0 commentaires