Espagne : L’université de Barcelone supprime sa maîtrise d’homéopathie

La meilleure université d’Espagne, selon le classement de Shanghaï, vient d’annoncer la fermeture de sa maîtrise d’homéopathie. Une décision motivée par un « manque de fondements scientifiques ».

(Photo Flickr/ Yann Geoffray)
(Photo Flickr/ Yann Geoffray)

La fin d’une polémique de douze ans. En 2004, l’université de Barcelone lançait sa très controversée maîtrise d’homéopathie à 6940 euros l’année, faisant ainsi fit de l’avertissement du ministère de la Santé espagnol selon lequel « il n’existe pas d’indication ou de situation clinique concrète prouvant définitivement l’efficacité de l’homéopathie ». l’Université a annoncé hier sa fermeture définitive. En cause : « un manque de fondements scientifiques », comme le révèle un récent article du quotidien espagnol El País.

La décision de la meilleure université d’Espagne, selon le classement de Shanghaï, ferait suite aux conclusions d’un « rapport oral » interne, datant du mois dernier, très critique sur l’état de sa propre Faculté de Médecine. Les 20 étudiants de la plus récente promotion de la maîtrise, celle de 2014 dont la fin est prévue pour octobre de cette année, seront donc les derniers à obtenir un tel diplôme à Barcelone.

Forme de médecine non conventionnelle inventée par le médecin allemand Samuel Hahnemann en 1796, l’homéopathie est accusée par ses (nombreux) détracteurs de n’être rien d’autre qu’une pseudoscience pas plus efficace qu’un placebo. L’année dernière encore, des chercheurs du Conseil national australien de la santé et de la recherche médicale affirmaient en conclusion d’une étude portant sur l’examen de 225 rapports de recherche que l’homéopathie se révèlerait inefficace pour traiter les problèmes de santé.

Le business est pourtant juteux. En Espagne, comme l’explique El País, l’industrie homéopathique, dont le leader incontesté reste l’entreprise française Boiron, brassait près de 60 millions d’euros en 2011. Et pour cause, populaire comme en France, l’homéopathie avait fini par réussir à creuser son trou au sein du paysage universitaire. Au cours de la dernière décennie, les formations s’y étaient multipliées. L’université de Saragosse avait même collaboré quatre années durant, entre 2010 et 2014, avec les laboratoires Boiron sur un programme de recherche.

Aujourd’hui, la fermeture de la maîtrise de l’université de Barcelone pourrait bien porter le coup de grâce à un enseignement universitaire dont la cote de popularité était déjà bien entamée en Espagne. Tout comme Barcelone, l’université de Séville a fermé sa maîtrise en 2009, imitée quelques années plus tard, en 2013, par celle de Cordoue. Même chose du côté de l’université de Saragosse qui, suite à sa collaboration avec Boiron, a décidé de prendre ses distances du monde de l’homéopathie. De nos jours en Espagne, seules l’université de Valence et l’université nationale espagnole de téléenseignement (UNED) proposent encore ce type de formation.

Recommandé pour vous

0 commentaires