Madrid : Une aile de cimetière pour les musulmans

 Manuela Carmena, la maire de Madrid, vient d’annoncer que 9 500 m2 du cimetière de Carabanchel Alto seront désormais réservés aux musulmans souhaitant être enterrés selon les rites islamiques. Demeure cependant un dernier problème : la décision va à l’encontre des règles sanitaires en vigueur dans la région.

(Photo Flickr/ Chadica)
(Photo Flickr/ Chadica)

Ils ont beau être près de 200 000 à vivre à Madrid, il aura fallu attendre longtemps pour que les demandes de leurs représentants aboutissent. D’ici la fin de l’année, les musulmans de la capitale espagnole pourront enfin se faire enterrer dans le cimetière de Carabanchel Alto, deuxième plus grand de la ville, conformément aux rites islamiques, comme le révèle El País. C’est toute une aile du cimetière, 9 500 m2, qui leur sera allouée.

L’annonce, venue de la mairie de Madrid, dirigée depuis l’été dernier par la socialiste Manuela Carmena, fait suite à plusieurs mois d’âpres négociations entre son mouvement politique « Maintenant, Madrid » et les représentants de la communauté musulmane madrilène. Selon la mairie de Madrid, le transfert de l’aile du cimetière à la communauté musulmane devrait se faire d’ici la fin de l’année, au moment où EMSF, l’entreprise chargée des services funéraires, redeviendra publique — 51% de ses parts sont actuellement détenues par l’entreprise espagnole Funespaña.

Avant cette date, il faudra cependant régler un dernier problème de taille. En effet, les rites islamiques demandent que les corps, vêtus de blanc, soient orientés en direction de la Mecque et placés en contact direct avec le sol. Ce dernier point contredit les règles sanitaires régionales qui stipulent que les corps doivent être placés dans des cercueils afin d’éviter tout risque d’épidémie ou de contamination des eaux souterraines.

Comme l’explique le quotidien espagnol, la ville s’est déclarée prête à débattre du sujet avec les autorités régionales. De son côté, la Communauté de Madrid, qui constitue l’une des 17 communautés autonomes d’Espagne, a demandé la réalisation de plusieurs rapports techniques à ce sujet avant de prendre une quelconque décision.

Comme l’ont fait remarqué à El País Tatary Bakry et Helal-Jamal Abboshi, respectivement président et secrétaire général de l’Union des communautés islamiques de Madrid, les musulmans ont néanmoins des raisons de continuer à espérer dans la mesure où il existe un précédent en la matière dans le pays. En Andalousie, les règles sanitaires ont été modifiées il y a quelques années et la région accueille désormais huit des vingt-quatre cimetières musulmans du pays.

Jusqu’à présent, la Communauté de Madrid n’abritait qu’un seul cimetière musulman. Situé à Griñón, dans le sud-ouest de la communauté autonome, ce dernier avait longtemps fonctionné de manière totalement indépendante, permettant aux musulmans d’y enterrer un proche pour moins de 100€. Une situation qui a pris fin en 2014, lorsque le cimetière est devenu propriété d’une ville obligée de respecter les lois existantes en matière de santé publique. Résultat, le coût d’un enterrement a explosé pour très rapidement atteindre la somme de 1 960€, une somme que de nombreux musulmans ne sont pas en mesure de débourser.

Recommandé pour vous

0 commentaires