Chine : Mise en place de vols réguliers vers une île disputée

 En annonçant la mise en place au cours de l’année à venir de vols civils vers l’île de Yongxing (aussi connue sous le nom d’île Woody), l’une des îles qu’elle revendique en mer de Chine méridionale, Pékin réaffirme ses ambitions territoriales. Une décision qui, selon Washington, pourrait compliquer encore davantage les relations entre le géant chinois et ses voisins.

(Photo Flickr/  David Chao)
(Photo Flickr/ David Chao)

Le mois dernier, Washington dénonçait l’installation de batteries antiaériennes et de radars chinois en Mer de Chine. La semaine dernière, Pékin a décidé d’aller encore un cran plus loin. Les autorités chinoises ont annoncé vendredi que le pays allait mettre en place au cours de l’année à venir des vols civils vers l’île de Yongxing, l’un des îlots principaux des îles Paracels en mer de Chine méridionale, comme nous l’apprend un récent article du Guardian.

Les vols desserviront la piste longue de 2700 mètres de Sansha, ville-préfecture du sud de la province insulaire d’Hainan créée au cours de l’été 2012 afin d’administrer quelque 200 îlots, mais aussi de nombreux bancs de sable, les récifs de Xisha, et enfin les îles de Zhongsha et de Nansh. Son autre spécificité ? Elle est entourée de près de deux millions de kilomètres carrés d’eaux contestées, notamment par le Sultanat de Brunei, la Malaisie, les Philippines, Taïwan ou encore le Vietnam dans le cadre de querelles dont l’origine remonte à plusieurs centaines d’années.

En réaction, l’administration américaine, inquiète, a fait savoir qu’elle considérait cette décision comme « inconsistante avec l’engagement des acteurs régionaux de ne pas mener d’actions qui pourraient compliquer ou exacerber les querelles déjà existantes ».

La dispute n’a rien de nouveau et la Chine n’a de cesse de multiplier les démonstrations de force dans la région ces dernières années, au grand désespoir de ses voisins. Elle revendique la quasi-totalité de ces eaux riches aussi bien en poisson qu’en gaz et en pétrole — sans même mentionner le volume total des échanges commerciaux qui s’y réalisent, estimé à plusieurs milliards de dollars chaque année, ainsi que le rappelle le Japan Times.

S’il semble pour l’heure que les vols réguliers ne concerneront que l’île de Yongxing, certains signes annonciateurs laissent penser qu’il ne faudra pas attendre bien longtemps avant que des avions civils chinois ne viennent se poser sur l’archipel des Spratleys voisin. Pour rappel, en janvier dernier déjà, les médias chinois avaient annoncé en grande pompe l’atterrissage réussi de deux avions sur une piste de trois kilomètres de long tout juste achevée sur le récif de Fiery Cross, dans l’archipel des Spratleys, située à quelque 1000 kilomètres de l’île d’Hainan.

Recommandé pour vous

0 commentaires