Corée du Sud : Des cours d’éducation parentale à vie pour tous

 La Corée du Sud veut intégrer des cours d’éducation parentale obligatoires dans le cursus des écoles coréennes. Également concernés, les étudiants actuellement à l’université, les jeunes hommes effectuant leur service militaire et les couples qui prévoient de se marier. Objectif : lutter contre la maltraitance des enfants.

(Photo Flickr/ hjl)
(Photo Flickr/ hjl)

L’éducation parentale, prodiguée aux parents pour les former à l’éducation de leurs propres enfants, sera bientôt obligatoire pour tous et toutes en Corée du Sud. Mardi, les ministères sud-coréens de l’Égalité des sexes et de la Famille, de la Santé et de la Protection sociale, ainsi que de l’Éducation, ont dévoilé un vaste programme d’actions gouvernemental visant à remettre l’éducation parentale au cœur du système éducatif coréen, explique un récent article du Korea Times.

Intégrés au programme des écoles coréennes, de la primaire jusqu’aux études universitaires, ils seront également prodigués aux jeunes hommes effectuant leur service militaire, aux couples prévoyant de se marier, aux femmes enceintes et aux jeunes parents. Objectif affiché de cet ambitieux programme : mettre un terme à la maltraitance des enfants dans ce pays d’Asie de l’Est. Quitte à employer les grands moyens, comme l’a expliqué un porte-parole du ministère de l’Égalité des sexes et de la Famille au Korea Times :

Nous pensons que dispenser un unique cours d’éducation parentale après un mariage ou une grossesse n’est pas suffisant pour instiller les valeurs nécessaires à l’éducation des enfants. Nous avons donc décidé de mettre en place ce programme visant à enseigner les compétences parentales tout au long de la vie d’une personne.

Comme le rappelle le Korea Herald, les cas de maltraitance d’enfants se sont malheureusement multipliés en Corée du Sud au cours des dernières années, tant et si bien que le gouvernement a récemment décidé de durcir les lois protégeant les enfants. En 2012, un rapport du ministère de la Santé et de la Protection sociale révélait que cette maltraitance avait lieu dans près de 86% des cas au domicile familial, et qu’elle était dans 83% des cas le fait des parents eux-mêmes.

Jusqu’à présent, selon les statistiques d’un rapport du Conseil national de recherche en sciences humaines, sociales et économiques daté de 2015, seuls 19,9% des Coréens et 39,3% des Coréennes auraient suivi un cours d’éducation parentale. Les principales raisons invoquées pour ne pas l’avoir fait étant le manque de temps et/ou d’information quant à l’existence de telles formations.

Cette nouvelle annonce du gouvernement fait suite à celle, dimanche dernier, de l’impossibilité pour deux parents de divorcer en Corée du Sud sans avoir suivi au préalable une formation sur la manière de reconnaître et prévenir la violence à l’égard des enfants.

Recommandé pour vous

0 commentaires