Russie : 174 000€ de cosmétiques pour préserver le corps de Lénine en 2016

 Le gouvernement russe vient de révéler qu’il prévoit de dépenser la somme de 13 millions de roubles (environ 174 000 euros au cours actuel) au cours de l’année pour la préservation du corps embaumé de Lénine.

(Photo Flickr/ BRJ INC.)
(Photo Flickr/ BRJ INC.)

Dans ce monde, tout a un prix. Même l’entretien du corps embaumé de Lénine, le père de la révolution bolchevique, exposé sur la place Rouge de Moscou depuis sa mort en janvier 1924. Selon la tradition, des travaux de restauration (à base de bains répétés de formol, d’acétate de potassium, de peroxyde d’hydrogène ou encore d’alcool) ont lieu tous les deux ans, les derniers ayant eu lieu en 2015. Pourtant, cette année, le Kremlin a visiblement décidé qu’il était nécessaire d’investir un peu plus dans la préservation du corps de cette « momie » communiste.

Ainsi, un communiqué déniché par la BBC sur un site officiel du gouvernement russe explique que l’État va dépenser en 2016 la somme de treize millions de roubles (près de 174 000 euros) pour maintenir le corps de Lénine dans un « aspect similaire à celui qu’il avait de son vivant ».

Les procédures nécessaires, non précisées, seraient de « nature biomédicale ». Quant au nom du prestataire, d’ores et déjà sélectionné, il n’est pas non plus mentionné — traditionnellement, depuis 1924, c’était un laboratoire connu sous le nom de “Centre russe de technologie et de recherche biomédicale” qui s’occupait de reconstruire le corps de Lénine.

Comme l’explique la BBC, une majorité de Russes souhaiterait que le corps de Lénine soit enterré au lieu de rester exposé dans son cercueil de verre. Une récente enquête en ligne, menée sur plus de 8000 répondants, a d’ailleurs révélé que cette opinion serait partagée par près de 61% des Russes.

Sans surprise, la révélation du budget alloué à l’entretien du corps a déclenché l’ire d’une partie des utilisateurs des réseaux sociaux du pays, comme le rapporte le site Internet Komsomolskaya Pravda. Peu de chances cependant que cela pousse le président Vladimir Poutine, radicalement opposé à l’idée d’une mise en terre (et étant même récemment allé jusqu’à comparer le mausolée aux reliques sacrées exposées dans les monastères orthodoxes), à revoir sa position sur le sujet.

Recommandé pour vous

0 commentaires