Le Turkménistan ordonne à sa population de faire du sport

 Comme l’année dernière, le gouvernement turkmène a donné à ses citoyens l’ordree de faire montre de leurs aptitudes sportives (et patriotiques) pendant toute la durée du mois d’avril. Une campagne nationale au léger parfum de propagande nord-coréenne, intitulée « mois de la santé et du bonheur », qui vise officiellement à promouvoir les vertus d’un « mode de vie sain ».

(Capture d'écran Twitter/ )
Le président turkmène, Gurbanguly Berdimuhamedow, le 7 avril dernier.
(Capture d’écran Twitter/ ХроникаТуркменистана)

En 2013, les festivités imaginées par Gurbanguly Berdimuhamedow, président du Turkménistan depuis bientôt 10 ans, à l’occasion de la Journée mondiale de la Santé (célébrée le 7 avril) ne duraient encore qu’une semaine. L’année dernière, le pays a décidé de passer à la vitesse supérieure en organisant un mois complet d’exercices de groupe et d’évènements sportifs. Une initiative renouvelée cette année qui se veut représentative d’une « politique clairvoyante », comme l’explique le site Internet du gouvernement.

Au programme : des compétitions sportives en tout genre, une vaste campagne visant à promouvoir l’adoption d’un « mode de vie sain », mais aussi des « évènements culturels ». Et personne ne peut y échapper. Fonctionnaires, travailleurs ou encore étudiants, tous sont supposés prendre part à des séances collectives d’exercice — les activités proposées allant du jogging matinal à la course cycliste en passant par la course hippique.

Depuis le début du mois, des images mêlant allègrement sport et démonstrations patriotiques, que l’on croiraient tout droit sorties d’un film de propagande nord-coréen, s’enchainent à la télévision publique turkmène. Certaines sont disponibles sur le site de Radio Free Europe / Radio Liberty (RFE/RL).

Comme l’explique le média, ceux qui participent à ces mises en scène doivent au préalable prendre part à des répétitions qui peuvent débuter 20 à 25 jours avant la représentation. Le moment venu, ils doivent également être présents sur place plusieurs heures avant l’arrivée des caméras. Quant à l’achat de matériel, il est bien évidemment à leur charge. Enfin, comme si tout cela ne suffisait pas, Chrono TM, un site d’information turkmène indépendant basé à Vienne, révèle également que de nombreux Turkmènes sont aussi contraints d’assister aux compétitions sportives auxquels ils ne participent pas.

Gurbanguly Berdimuhamedow, le président du Turkménistan, instaurateur d’un véritable culte de sa personnalité, est connu pour son autoritarisme. Depuis des années, les opposants au régime sont la cible d’une répression sévère de la part du gouvernement du pays et la liberté de la presse est inexistante.

Recommandé pour vous

0 commentaires