Le Danemark réfléchit à une taxe carbone sur la viande rouge

 Le Conseil danois d’éthique (Det Etiske Råd), qui considère que « le changement climatique est un problème éthique », appelle à l’instauration d’une taxe carbone sur la viande rouge dans le pays.

(Photo Flickr/ Linh Nguyen)
(Photo Flickr/ Linh Nguyen)

Selon le Conseil danois d’éthique (Det Etiske Råd), un organisme de conseil indépendant légalement placé sous la juridiction du ministre de la Santé, se servir d’outils économiques pourrait permettre de limiter la consommation de viande. Il a ainsi appelé à la mise en place d’une taxe carbone sur la viande rouge au Danemark, combinant ainsi les enjeux du réchauffement climatique aux problèmes sanitaires, comme le rapporte un récent article de The Local.

Dans la mesure où les Danois ont « une véritable obligation éthique à minimiser leur empreinte climatique », réduire leur consommation de viande rouge apparait « naturellement comme un bon point de départ », a ainsi déclaré le conseil. Ses membres précisent également avoir débattu de la question de responsabilité pendant six mois en interne : Est-ce uniquement au consommateur de faire le choix de commettre des actes irrespectueux de l’environnement ou l’État doit-il aussi s’en mêler ?

Résultat : le Conseil a décidé, à près de 14 voix sur 17, que dans la mesure où il juge que « les Danois sont obligés par l’éthique de modifier leurs habitudes alimentaires », il ne serait « pas efficace » de laisser le soin au consommateur de réduire lui-même sa consommation de viande bovine, « qui est indubitablement la nourriture la plus destructrice pour la planète ». Le Conseil danois d’éthique précise également qu’il envisage de proposer que la taxe soit étendue à l’avenir à l’ensemble des produits alimentaires dont la production contribue au réchauffement climatique :

La réponse efficace à l’impact négatif sur le climat des produits alimentaires doit être collective, ce qui nécessite un signal clair de la société à travers l’adoption d’une mesure de régulation.

Sans surprise, la proposition a immédiatement rencontré une très forte résistance de la part du Conseil danois de l’agriculture et de l’alimentation (Landbrug & Fødevarer). Son porte-parole, Niels Peter Nørring, a expliqué dans les pages du Berlingske Business qu’une telle taxe carbone nécessiterait des « efforts massifs du secteur public et de l’industrie alimentaire » pour un impact « minime », ajoutant que le réchauffement climatique est un problème qui ne peut se régler qu’à l’échelle mondiale.

Du côté du Parti libéral du Danemark, actuellement au gouvernement, on précise qu’il y a peu de chances qu’une suite soit donnée à la proposition du Conseil danois d’éthique, largement regardée comme un « monstre bureaucratique », explique The Local.

Comme le rappelle l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture de l’ONU (FAO) sur son site Internet, « [l]e secteur de l’élevage contribue pour 14,5 % aux émissions de gaz à effet de serre dues à l’activité humaine et est un grand utilisateur de ressources naturelles ». De plus, toujours selon la FAO, 13 000 litres d’eau seraient nécessaires pour produire un seul kilogramme de viande de bœuf.

Recommandé pour vous

Connexion

Réinitialiser mot de passe

Recevez 8e étage dans votre boîte mail !

L'information que vous n'avez pas lue dans les autres médias ! 📬
S'INSCRIRE