Suède : Les transgenres contraints à la stérilisation pour changer de sexe bientôt indemnisés

 Début 2013, la Suède mettait un terme à la stérilisation forcée des transsexuels souhaitant officiellement changer de sexe. Trois ans plus tard, le gouvernement vient d’admettre que les victimes de cette pratique devraient avoir le droit de demander des dommages et intérêts.

La LGBT pride de Stockholm en 2012. (Photo Flickr/ trollhare)
La LGBT pride de Stockholm en 2012.
(Photo Flickr/ trollhare)

Entre 1972 et 2012, 500 des 865 personnes à avoir demandé un changement de sexe administratif en Suède ont accepté d’être stérilisées selon les statistiques officielles. Heureusement, depuis le 1er juillet 2013, une loi interdit cette pratique dans le pays.

Peu de temps avant l’entrée en vigueur de cette loi, en juin 2013, un collectif de 142 transsexuels, victimes de cette stérilisation forcée, a décidé de demander réparation à l’État. Objectif : obtenir cinq millions d’euros (soit l’équivalent de près de 34 000 euros par personne) ainsi que des excuses officielles des autorités. La demande formulée à l’époque auprès du Chancelier de la Justice avait malheureusement été rejetée.

Les déclarations de la coalition gouvernementale de verts et de sociaux-démocrates, au pouvoir depuis 2014, a permis hier au collectif de reprendre du poil de la bête. En effet, les représentants du gouvernement ont estimé que les transsexuels lésés étaient en droit de demander des dommages et intérêts à l’État, comme l’explique The Local. Des déclarations accompagnées d’une promesse de faire voter une loi en ce sens d’ici 2018 en cas de réélection. Néanmoins, pour l’heure, aucune somme n’a été avancée.

Recommandé pour vous

0 commentaires