Hong Kong : Une station d’épuration équipée d’un centre d’hydrothérapie

(Photo http://www.news.gov.hk)
(Photo News.gov.hk)

Les boues d’épuration, essentiellement constitués de bactéries mortes et de matière organique minéralisée, constituent les principaux déchets produits par les stations d’épuration chargées de recycler nos eaux usées. Dans l’espoir de faire connaître ses activités, et au passage récolter quelques dollars, une installation de récupération des boues résiduelles de Hong Kong, T.Park, vient d’annoncer qu’elle ouvrira prochainement ses portes au public dans le cadre de visites guidées.

Bien consciente que le sujet des boues d’épuration risque fort de ne pas passionner les foules, l’établissement a fait l’étrange pari d’héberger également un café, un jardin suspendu et même un centre d’hydrothérapie, comme le rapporte un récent article du South China Morning Post.

L’installation se vante également d’être entièrement durable, ce qui semble faire la fierté des autorités de la ville. Ainsi, l’eau du spa devrait être maintenue à bonne température grâce à la chaleur produite par l’incinération des boues, alors que la vapeur émise devrait servir à subvenir aux besoins en électricité. Quant aux eaux usées, elles devraient pour leur part être réutilisées pour nettoyer le bâtiment ainsi que pour l’arrosage des espaces verts.

Chaque jour, le traitement des eaux usées des quelque sept millions d’habitants de la ville de Hong Kong génère près de 1200 tonnes de boues d’épuration. Un chiffre qui devrait continuer d’augmenter jusqu’à dépasser les 2000 tonnes au cours des quinze prochaines années, selon les estimations de T.Park. La fonction première de l’installation est de transformer cette boue en cendres, afin d’en réduire considérablement le volume. Sur son site Internet T.Park parle d’une réduction de près de 90%.

Recommandé pour vous

0 commentaires