Grèce : 15% de la population en situation d’extrême pauvreté

 Selon une récente étude de l’ONG diaNEOsis, 15% des Grecs étaient en état d’extrême pauvreté en 2015. Une hausse de plus de 70% par rapport aux chiffres de 2011 (8,9%) et de près de 580% par rapport à ceux de 2002 (2,2%).

(Photo Flickr/ Giacomo Gasperini)
(Photo Flickr/ Giacomo Gasperini)

Ils auraient perdu l’équivalent d’un tiers de leur pouvoir d’achat et d’un quart de leurs revenus d’avant la crise. Selon une nouvelle étude conduite par l’ONG grecque diaNEOsis et dénichée par les journalistes du Greek Reporter, bien que nettement moins médiatisée qu’au début de la décennie, la situation des Grecs ne s’est guère améliorée ces dernières années.

Ainsi, on y apprend qu’en 2014, environ 95% de la population estimaient avoir du mal à joindre les deux bouts. Plus inquiétant encore, les chiffres de l’extrême pauvreté, une catégorie qui inclut ici les personnes dont les revenus sont inférieurs ou égaux à 182€ par mois pour une personne seule habitant en zone urbaine, ou encore inférieurs ou égaux à 905€ par mois pour un couple avec deux enfants louant un appartement à Athènes.

De 2,2% en 2009, la part de ces personnes serait montée à 8,9% en 2011 et seraient même allée jusqu’à franchir le palier des 15% l’année dernière. Résultat : ce sont 1 647 703 citoyens grecs qui étaient concernés en 2015.

À noter que le taux d’extrême pauvreté chez les enfants est particulièrement élevé (17,6%), de même que chez les jeunes adultes (24,4%). À l’inverse, seuls 2,7% des plus de 65 ans sont concernés. Sans surprise, les chômeurs représentent le groupe le plus à risque. De 70 à 75% d’entre eux auraient été concernés en 2015, alors qu’ils n’étaient encore que 50% en 2011.

Recommandé pour vous

0 commentaires