Taïwan pourrait devenir le premier État d’Asie à légaliser le mariage gay

 Très ouvert à la communauté LGBT depuis plusieurs années, Taïwan pourrait bien devenir le premier État d‘Asie à légaliser le mariage gay. Une proposition de loi doit être présentée au parlement taïwanais d’ici la fin de l’année par le Parti démocratique progressiste.

(Photo flickr/Louis)
(Photo Flickr/ Louis)

Il y a quelques mois encore, même les plus idéalistes n’auraient pas pu rêver de l’aboutissement favorable d’un tel projet de loi. Pour cause, les deux dernières tentatives du Parti démocratique progressiste (PDP), en 2003 et 2012, visant à faire passer un décret autorisant le mariage homosexuel avaient été fermement déboutées par les militants chrétiens qui s’y étaient opposés à 75% et leurs alliés au sein du Kuomintang (KTM), le parti alors au pouvoir. Depuis les élections présidentielles du mois de janvier et la défaite du KTM, la situation a bien évolué.

En votant à 59% pour la candidate du PDP, la population a confié pour la première fois les rênes du pays à une femme, qui plus est gay friendly. Interrogée au cours de sa campagne sur sa position vis-à-vis du mariage homosexuel, la présidente déclarait : « En amour, tout le monde est à égalité. Je suis Tsai Ing-wen, et je soutiens le mariage égalitaire. Que tout le monde soit libre d’aimer à sa guise et de trouver le bonheur », rapporte Têtu. Le passage de cette loi autoriserait non seulement les homosexuels à se marier, mais aussi à avoir recours à la gestation pour autrui (GPA). Ils obtiendraient également les mêmes droits que les couples hétérosexuels en matière d’héritage et de succession.

Des progrès peuvent déjà être observés depuis l’accession au pouvoir de Tsai Ing-wen, puisque depuis le mois de mars les six régions qui composent Taïwan reconnaissent les partenariats civils, un équivalent du PACS français. Les changements ne sont cependant pas seulement politiques, l’opinion publique a elle aussi beaucoup évolué depuis 2012.

Un sondage en ligne réalisé en 2015 et soutenu par le ministère de la Justice révèle que 71% des participants sont pour la légalisation du mariage gay. La chaine de télévision américaine CNN rapporte cependant que les membres de la communauté LGBT taïwanaise ont encore du mal à faire leur coming out auprès de leurs parents, souvent bercés par une idéologie très conservatrice.

Avec un gouvernement supposé être beaucoup plus libéral que le précédent, la communauté LGBT attend donc beaucoup de la part de ses représentants politiques. Yu Mei-Nu, la députée PDP en charge du projet de loi, entend toutefois tempérer la joie des pro-mariage gay. Selon elle, même si le texte est bien présenté d’ici la fin de l’année, il ne devrait passer qu’à la fin du mandat de la présidente Tsai Ing-wen, en 2020, rapporte CNN. Cependant, l’opposition s’est récemment dite prête à négocier avec le gouvernement affirmant que les droits des personnes LGBT étaient aujourd’hui une priorité.

Recommandé pour vous

0 commentaires

Connexion

S'inscrire

Réinitialiser mot de passe

Recevez 8e étage dans votre boîte mail !

L'information que vous n'avez pas lue dans les autres médias ! 📬
S'INSCRIRE