Brexit : L’Allemagne, terre d’asile pour les juifs et réfugiés politiques du IIIe Reich

Un peu plus de 70 ans après que leurs familles ont fui l’Allemagne nazie et surtout après le vote du Brexit, un nombre croissant de juifs vivant au Royaume-Uni cherchent à obtenir la citoyenneté allemande. Des requêtes motivées par un texte de loi allemand datant de 1949 qui garantit la double nationalité exceptionnelle à tous les juifs et réfugiés politiques de l’Allemagne nazie.

(photo flickr/Kafka4prez)
(photo flickr/Kafka4prez)

La victoire du très controversé Brexit voit un nombre croissant de citoyens britanniques essayer d’obtenir la nationalité d’un État membre de l’UE afin d’assurer leur avenir européen. Si nombreux sont ceux qui se tournent vers l’Irlande pour des raisons pratiques, liées à la langue et la proximité, d’autres pays européens ont vu le nombre de demandes de nationalisations en provenance du Royaume-Uni augmenter rapidement au cours des derniers jours.

Les conditions d’accès à la citoyenneté des pays membres de l’UE restent toutefois assez difficiles à remplir. La plupart des pays européens appliquant la politique du droit du sol et droit du sang, si l’on ne remplit aucune de ces deux conditions, les démarches se révèlent très longues et compliquées.

Dans le cas de l’Allemagne, les autorités demandent notamment au candidat de parler couramment ou presque la langue nationale, d’avoir séjourné au moins 8 ans dans le pays et de pouvoir subvenir aux besoins de sa famille.

Il existe toutefois en Allemagne une exception à la règle qui concerne les populations juives ayant fui le pays entre 1933 et 1945, au moment de la montée du IIIe Reich et du nazisme. Le journal anglais The Independent rapporte que depuis l’annonce du Brexit, l’ambassade d’Allemagne à Londres reçoit des dizaines de demandes d’informations sur la citoyenneté allemande, de la part de descendants de réfugiés juifs qui résident aujourd’hui au Royaume-Uni.

La loi de nos voisins stipule que : « les anciens citoyens allemands qui, entre le 30 janvier 1933 et le 8 mai 1945, ont été privés de leur citoyenneté pour des motifs politiques, raciaux ou religieux, ainsi que leurs descendants, sont éligibles à une restauration de leur citoyenneté. ». Depuis l’instauration de la loi en 1949, les différents gouvernements allemands ont toujours accueilli à bras ouverts les juifs et réfugiés victimes du nazisme, selon The Independent. Les Britanniques juifs – et d’autres descendants de réfugiés politiques pour la plupart polonais – qui postulent pour la citoyenneté allemande ne devraient donc pas rencontrer de difficultés dans le processus de restauration de leur citoyenneté.

“Je viens juste de faire la demande pour mon passeport allemand et celle pour le passeport belge de Kizzy. Merci à ma grand-mère Edith Raetigg et son père Nicolas Pesin”.

En 70 ans, la communauté juive britannique a eu le temps de s’assimiler à la culture anglaise, ceux qui ressentent aujourd’hui le besoin de partir évoquent en général la montée du racisme depuis l’annonce du Brexit et des raisons économiques. Le journaliste Kim Sengupta de The Independent a par exemple rapporté les propos de Rachel Houseman, une résidente de Londres travaillant dans une banque d’investissement et qui pense aujourd’hui à quitter le pays :

Ma famille et moi sommes choqués par la montée du racisme. Je ne pense pas, en tant que juifs, que nous serons à l’abri. Un couple que je connais a été agressé dans une rue de Londres la semaine dernière, car ils parlaient néerlandais. Ce n’était pas une attaque antisémite bien que l’un d’eux soit juif, mais cela montre la façon dont les choses évoluent. […] Ce qui est arrivé va être mauvais pour le secteur de la finance. Franchement, je ne vois pas de signes d’optimisme. Un bon nombre de sociétés, notamment celles dans la finance, vont délocaliser leurs activités hors de l’UE.

Si l’ambassade allemande n’a pas encore dévoilé le nombre exact de demandes qu’elle a reçues, plusieurs dizaines de personnes se seraient déjà présentées selon le journaliste britannique.

D’autres pays comme la France et l’Italie reçoivent aussi de nombreuses demandes, l’ambassade italienne a déclaré avoir enregistré près de 70 requêtes en provenance du Royaume-Uni seulement quelques jours après le vote pour l’indépendance.

Recommandé pour vous

0 commentaires