Espagne : Des drones découvrent 1,7 million de fraudes fiscales

L’utilisation de drones dans la traque des foyers coupables de fraude fiscale a permis au gouvernement espagnol de gagner 1,3 milliard d’euros depuis 2014.

(Photo Flickr/SantiMB.Photos)
(Photo Flickr/SantiMB.Photo)

Au cours des deux dernières années, le fisc espagnol a développé un nouveau système de lutte anti-fraude à base de satellites et de drones. Les images récoltées par les appareils ont permis de révéler des travaux non déclarés dans environ 1,7 million de foyers espagnols. Ces derniers n’avaient pas jugé nécessaire de rendre publiques les améliorations apportées à leur propriété, échappant ainsi à une augmentation d’impôts.

Réalisée dans 4340 municipalités à travers l’Espagne, l’investigation du fisc révèle que 70% des foyers observés ont caché la construction de piscines ou encore d’extensions de leur maison, voire dans certains cas la construction de maisons non déclarées, selon le quotidien El Mundo. Dans certaines municipalités, 3% des maisons n’avaient jamais été déclarées à la mairie. Bien que l’enquête soit toujours en cours – près de 2000 villes et municipalités doivent encore être survolées – l’administration fiscale estime qu’environ 8,9% des foyers espagnols sont sujets à ce type de fraude fiscale.

Avec 373 224 maisons concernées par l’escroquerie fiscale, l’Andalousie est la région la plus touchée par la fraude. Suivent ensuite la Galicie avec 213 017 irrégularités et Castille-et-León (164 141). En bref, trois des régions les plus riches d’une Espagne sévèrement touchée par la crise depuis 2008. L’enquête révèle également qu’en Aragon, ce sont près de 17% des foyers qui seraient concernés, rapporte The Local.

Faire traverser toute l’Espagne à des drones à la recherche d’irrégularités n’est cependant pas gratuit. Alors que le pays est sévèrement touché par la crise, El Mundo dévoile que le montant du projet anti-fraude est estimé à près de 80 millions d’euros. Le fisc espagnol a toutefois tenu à relativiser cette somme affirmant que si le coût de fonctionnement du dispositif est élevé, les bénéfices qu’il dégage sont bien plus importants : « Pour chaque euro investi dans le projet, l’administration fiscale récupère 16 euros », rapporte le journal espagnol.

En effet, ces contrôles fiscaux ont permis au gouvernement de gagner 1,3 milliard d’euros en deux ans.

Recommandé pour vous

0 commentaires