Séoul vous récompense si vous trouvez des erreurs de traduction sur ses panneaux

 Dans le cadre d’une initiative visant à épurer les panneaux de signalisation des rues de la capitale sud-coréenne des multiples coquilles s’y étant glissées, la mairie de la ville a décidé d’appeler à l’aide touristes et habitants, récompense à la clé.

(Photo  mediahub.seoul.go.kr)
(Photo  mediahub.seoul.go.kr)

Séoul ne badine plus avec les traductions approximatives. Jusqu’à aujourd’hui, les panneaux de signalisation des rues de la capitale sud-coréenne étaient criblés de grossières erreurs de traduction pouvant parfois prêter à moqueries. Visiblement las d’être la cible de quolibets à cause de son Konglish (NDLR, un mélange de « korean » et « english »), la mairie a décidé qu’il était temps de prendre des mesures.

Dans le cadre d’une campagne longue de deux semaines, elle a ainsi décidé d’en appeler à l’aide de ses habitants, mais aussi de ses touristes, comme le rapporte un récent article du Korea Times. Ceux qui décideraient de se prêter au jeu se verront récompensés sous forme de chèques cadeaux, à la condition d’être en mesure de fournir par e-mail une preuve visuelle et l’emplacement exact d’erreurs dans les textes en anglais, en japonais et en chinois.

Au total, la ville a alloué à l’entreprise une cagnotte d’1,6 million de wons de récompenses (soit environ 1280 euros). De plus, un bon d’achat additionnel d’une valeur de 160 euros, accompagné d’un « prix d’excellence », sera décerné à la personne ayant repéré le plus d’erreurs de traduction. Ce faisant, l’objectif de la ville est à terme d’améliorer l’expérience des touristes étrangers en visite à Séoul. Pour cette raison, la mairie demande que soit portée une attention particulière aux pancartes des transports en commun, aux diverses cartes, ainsi qu’aux écriteaux situés à proximité des sites historiques.

Alors que l’affiche promotionnelle de la campagne pointe du doigt des coquilles relativement bénignes, l’Internet sud-coréen est lui depuis longtemps déjà inondé d’erreurs autrement plus drôles, voire même parfois carrément embarrassantes, qui fleurissent notamment sur les menus des restaurants de la ville, ainsi que le signale la BBC. Un peu plus tôt cette année, le gouvernement sud-coréen avait d’ailleurs annoncé son intention de remédier au problème en envoyant sur le terrain des équipes de fonctionnaires de deux ministères accompagnés d’experts culinaires.

Recommandé pour vous

0 commentaires