Îles Salomon : La justice redonne leurs privilèges aux parlementaires

Le Parlement des Îles Salomon. (Photo Flickr/Department of Foreign Affairs and Trade)
Le Parlement des Îles Salomon.
(Photo Flickr/ Department of Foreign Affairs and Trade)

Enième retournement de situation pour les parlementaires des Îles Salomon, nous apprend un un récent article de Radio New Zealand International. La Cour d’appel — plus haute instance juridique de ce petit État du sud-ouest du Pacifique — vient en effet de trancher : les parlementaires pourront bien y bénéficier, entre autres, de salaires non imposables.

En mai de l’année dernière, la commission parlementaire des comptes publics de la monarchie avait voté une exemption d’impôts sur le revenu pour les parlementaires. Une décision qui avait généré un tollé général, entrainant la saisie de la Cour suprême par plusieurs groupes de lutte contre la corruption, dont l’ONG Transparency Solomon Islands, qui dénonçaient ces privilèges accordés aux élus.

La décision avait par la suite été infirmée, à la satisfaction de ses opposants, par la justice en avril 2016. La Cour suprême ayant jugé inconstitutionnelles plus de dix des nouvelles règles introduites l’année précédente, dans la mesure où la commission s’était dispensée de consulter au préalable les autorités concernées.

Le verdict de la Cour d’appel vient donc une nouvelle fois de changer radicalement la donne. Selon elle, la décision, malgré son caractère impopulaire auprès du public, demeure légale. La réaction de Transparency Solomon Islands ne s’est pas fait attendre. À en croire l’ONG, la justice du pays vient de créer « un monstre inarrêtable » comme elle l’explique sur sa page Facebook : « La décision n’est pas éthique, responsable ou bonne pour le bien-être de nos citoyens et le développement de notre pays ».

Comme le rappelle la BBC, les Salomon, ancien protectorat britannique, demeurent l’un des États les plus pauvres du Pacifique. Particulièrement menacées par la montée des eaux (NDLR, qui y est trois fois supérieure à la moyenne mondiale), mais aussi par des vagues extrêmement violentes qui causent l’érosion de ses côtes, le pays reçoit chaque année plusieurs millions de dollars d’aide de la part de son voisin australien.

Recommandé pour vous

0 commentaires