Défense : La Suède réhabilite des pièces de musée datant de la guerre froide

 Dans le but d’améliorer les capacités défensives de Gotland, plus grande île du pays en mer Baltique, la Suède s’est décidée à dépoussiérer un système de défense antinavire datant de la période de la guerre froide ainsi que des véhicules Scania qui figuraient jusque-là dans des musées.

(Capture d'écran Youtube/ Försvarsmakten)
(Capture d’écran Youtube/ Försvarsmakten)

Face à une situation géopolitique de plus en plus imprévisible en Europe, l’armée suédoise a décidé qu’il était grand temps d’améliorer les défenses de l’île de Gotland, en mer baltique. Qu’importe si cela doit passer par la remise en état de pièces de musée.

La semaine dernière, l’armée suédoise s’est ainsi retrouvée à tester le bon fonctionnement de lance-missiles Kustrobotbatteri 90 capables de tirer depuis la terre des RBS-15, des missiles antinavires à longue portée, dont le guidage après lancement ne nécessite plus l’intervention du servant de la plate-forme de tir. Pour ce faire, les militaires n’ont pas hésité à demander l’assistance du constructeur aéronautique suédois SAAB ni à ressortir des véhicules Scania dont une partie avait tout bonnement été remisée dans des musées depuis la fin de guerre froide, comme nous l’apprend un récent article de The Local.

« Nous avons conduit des analyses afin de déterminer si nous serions en capacité de remettre en état un engin capable de tirer ces missiles. Il restait encore un certain nombre de camions. Nous avons également récupéré des composants de bateau lance-missiles et de vaisseaux de guerre partageant le même système de lancement », a ainsi expliqué le contre-amiral Thomas Engevall au journal suédois Dagens Nyheter.

Le ministre suédois de la Défense, Peter Hultqvist, s’est déclaré vendredi très satisfait de constater que la Suède possède de nouveau des installations capables de « tirer des missiles antinavires depuis la terre sur une longue distance ».

À en croire Mike Winnerstig, un analyste de la politique de sécurité à l’Agence suédoise de recherche de défense (FOI, Totalförsvarets forskningsinstitut) interrogé par le Dagens Nyheter, il s’agit là d’un signe fort que la Suède est bien décidée à renforcer ses capacités de défense : « La décision est nationale, mais c’est aussi une contribution suédoise aux capacités internationales de défense en mer Baltique à la suite de l’annexion de la Crimée par les Russes et l’invasion de l’Ukraine ».

Recommandé pour vous

0 commentaires