Tchernobyl : Le rêve d’un parc solaire géant attire les investisseurs étrangers

 L’été dernier, le gouvernement ukrainien annonçait souhaiter louer 6000 hectares situés dans la zone d’exclusion de Tchernobyl — soit dans un rayon de 30 kilomètres autour du site accidenté —, à des entreprises privées qui accepteraient d’y construire un parc solaire. Six mois plus tard, 39 investisseurs ont répondu à l’appel d’offres du gouvernement ukrainien. Parmi eux, 13 investisseurs internationaux, dont des Allemands et des Chinois.

(Photo Benoît Jacquelin/8e étage)
(Photo Benoît Jacquelin/8e étage)

Près de trois décennies après la catastrophe de Tchernobyl, la zone contaminée pourrait-elle retrouver une nouvelle jeunesse grâce à l’installation de centrales solaires ? Affirmatif, martèle Ostap Semerak, le ministre ukrainien de l’Écologie et des Ressources naturelles. Il y a quelques jours, l’homme s’est une nouvelle fois déclaré très optimiste dans une interview accordée à Bloomberg: « Nous avons reçu des propositions d’entreprises qui sont intéressées par l’idée de louer le terrain afin d’y construire des centrales solaires ». « Nous ne cherchons pas à tirer profit de l’utilisation du terrain, nous cherchons à tirer profit de l’investissement », a-t-il précisé.

Pour rappel, son ministère avait annoncé en juillet dernier qu’il allait autoriser deux entreprises privées à construire deux centrales solaires d’une puissance maximale de 2 mégawatts chacune dans la zone d’exclusion qui entoure le site de l’accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl et qu’il souhaitait également y louer quelque 6000 hectares. Depuis, 39 investisseurs ont répondu à l’appel d’offres du gouvernement ukrainien. Au premier rang desquels 13 investisseurs internationaux, dont des Allemands et des Chinois, précise le Japan Times.

De nos jours, plus de 50% de l’électricité ukrainienne provient de centrales nucléaires, 40% de centrales thermiques, fonctionnant dans leur immense majorité au charbon, et 7% d’installations hydroélectriques. Quant aux panneaux solaires, ils ne produisent pour le moment qu’un peu moins de 1% de l’électricité du pays. L’installation de centrales solaires à Tchernobyl pourrait permettre de changer la donne.

Sous réserve de trouver des investisseurs, le projet semble techniquement viable pour au moins deux raisons. Premièrement, l’énergie solaire est plutôt répandue en Ukraine et la zone d’exclusion n’y fait pas exception. Deuxièmement, les infrastructures, et tout particulièrement les lignes à haute tension, laissées derrière elle par la centrale accidentée, restent très largement utilisables.

Selon Ostap Semerak, les entreprises chinoises GCL System Integration Technology et China National Complete Engineering auraient déclaré en novembre dernier qu’elles envisageaient de construire une centrale solaire d’un gigawatt dans la zone d’exclusion. Une entreprise allemande, dont le nom n’a pas été révélé, aurait pour sa part proposé l’installation d’une centrale de 500 mégawatts. Le reste des projets envisage la création des centrales d’environ 20 mégawatts.

Les entreprises « ont demandé entre 20 et 1000 hectares pour leurs projets », a déclaré le ministre, précisant que l’Ukraine a accepté de réduire le loyer des propriétés étatiques de la zone de 85%. De plus, le pays a mis en place des subventions, dégressives au fil des années. Ainsi, les projets qui recevraient l’aval du gouvernement en 2017 recevront 17 centimes d’euros par kilowatt produit.

Avec ce projet, l’Ukraine espère plus que seulement reconquérir les territoires de la zone d’exclusion. En effet, dans une situation économique très précaire, due notamment au conflit persistant avec les rebelles prorusses dans l’est du pays, le gouvernement veut faire d’une pierre deux coups : relancer l’économie du pays en attirant des investisseurs étrangers tout en s’affranchissant au passage d’une partie de sa dépendance énergétique à la Russie.

Recommandé pour vous

1 commentaires

  1. keg 3 années ago

    “Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme”. Vérité vérifiable en permanence. Même Tchernobyl se recycle… en activité radio-active.

    http://wp.me/p4Im0Q-1uM

    Répondre Like Dislike