Pays-Bas : Une femelle orang-outan va choisir son futur partenaire comme sur “Tinder”

 Un parc animalier néerlandais a décidé de proposer à Samboja, une femelle orang-outan, de sélectionner elle-même le mâle avec lequel elle sera censée se reproduire. Pour ce faire, les employés du parc lui montreront sur une tablette tactile des photos des candidats potentiels.

En 2012, le personnel du parc zoologique national de Washington faisait déjà découvrir les Ipads aux orangs-outans. (Photo Flickr/ Smithsonian's National Zoo)
En 2012, le personnel du parc zoologique national de Washington faisait déjà découvrir les iPads aux orangs-outans.
(Photo Flickr/ Smithsonian’s National Zoo)

Un parc animalier néerlandais vient d’inventer le « Tinder pour orangs-outans ». Ainsi que l’explique un récent article du Guardian, « La Forêt des Singes » — qui se spécialise dans la présentation et l’élevage des primates —, située à Apeldoorn aux Pays-Bas, espère augmenter les chances qu’une femelle orang-outan se reproduise en lui proposant de choisir elle-même son futur partenaire.

Les employés du parc essayeront ainsi de proposer à Samboja, une femelle âgée de onze ans, de sélectionner à l’aide d’une tablette son candidat préféré parmi une sélection de partenaires potentiels issus d’un programme international de reproduction des grands singes. Intitulée « Tinder pour orangs-outans », l’expérience vise avant tout à en apprendre un peu plus sur l’accouplement chez ces primates, comme le précise Thomas Bionda, un biologiste du parc, à l’antenne de la radio publique néerlandaise NOS.

L’expérience s’attachera notamment à mieux comprendre la dimension émotionnelle des relations entre animaux, mais aussi le rôle de l’apparence lors du processus de sélection d’un partenaire (NDLR, il est admis que l’odorat joue normalement un rôle prédominant chez les grands singes).

Ce faisant, le parc espère également multiplier ses chances d’une rencontre réussie, débouchant sur un accouplement, avec un mâle orang-outan. Comme le précise le Guardian, il est fréquent de voir des mâles acheminés depuis l’autre bout du monde sans aucun résultat. « Souvent, les animaux devront être renvoyés dans le zoo d’où ils sont venus sans accouplement », commente Thomas Bionda, avant d’ajouter que « les choses ne se déroulent pas toujours bien lorsqu’un mâle et une femelle se rencontrent pour la première fois ».

Evy van Berlo, psychologue évolutionnaire, a expliqué au journal local Tubantia que des tests conduits sur des bonobos — qui se trouvent être, avec les chimpanzés, les plus proches parents vivants de l’homme — ont révélé que ces derniers montraient plus d’intérêt face à des photos contenant un «stimulus positif», comme un acte sexuel ou un toilettage.

Dans le cadre de l’expérience conduite au parc de « La Forêt des Singes », le Guardian explique que le principal problème rencontré par les scientifiques est d’arriver à concevoir un écran suffisamment solide pour être utilisé par Samboja, qui comme ses congénères se révèle bien plus forte qu’un être humain moyen. Un défi qu’ils n’ont pour le moment pas encore réussi à relever.

Recommandé pour vous

1 commentaires

  1. keg 3 années ago

    l’Homme jouant les entremetteurs pour nos cousins-origine…. A quand le maître de cérémonies pour tenir la chandelle?

    http://wp.me/p4Im0Q-1xz

    Répondre Like Dislike