Étude : Le changement climatique serait 170 fois plus rapide à cause de l’homme

 Selon une étude scientifique australo-suédoise, dont les résultats ont été récemment publiés dans la revue scientifique The Anthropocene Review, le changement climatique actuel serait près de 170 fois plus rapide que celui qu’auraient naturellement dû engendrer les forces de la nature. En cause : l’activité humaine.

(Photo Flickr/ Doc Searls)
(Photo Flickr/ DocSearls )

L’équation anthropocène (NDLR, un terme de chronologie géologique qui désigne la période au cours de laquelle les activités humaines ont commencé à impacter les écosystèmes terrestres de façon significative) s’attache à étudier l’impact de l’homme sur le réchauffement climatique. Récemment mise au point par une équipe internationale de chercheurs, elle se veut un nouvel indicateur tangible permettant de prouver que les activités de notre espèce seraient à l’origine d’une forte accélération du phénomène de réchauffement climatique.

À noter que ses deux auteurs reconnaissent l’existence de forces astronomiques, géophysiques, mais aussi biosphériques qui ont bien évidemment impacté le « système Terre » au cours de ses plus de quatre milliards d’années d’existence. Cependant, selon eux, l’activité humaine aurait pour sa part « entraîné des changements à des taux extrêmement rapides », soit près de 170 fois plus rapidement que la normale, comme nous l’apprend un récent article de The Independent.

Ainsi, si les températures globales ont diminué en moyenne de 0,01°C chaque siècle en 7000 ans, les 45 dernières années ont vu une augmentation équivalente à +1,7°C. De plus, les douze années les plus chaudes de l’histoire ont été enregistrées après 1998.

Dans les pages du New Scientists, Owen Gaffney, l’un des coauteurs de l’étude, a rappelé que l’un des impacts les plus visibles est à chercher du côté du taux d’émissions de CO2 dans l’atmosphère : « le plus haut en 66 millions d’années ». De plus, outre le réchauffement climatique, Gaffney a précisé que l’impact de l’homme sur la biosphère est également mesurable du côté des eaux et des sols pollués.

« Alors qu’il paraît peu prudent d’ignorer l’énorme ensemble de preuves qui pointent vers des risques conséquents, nous traversons un moment complexe géopolitiquement, où à la fois des visions du monde basées sur les faits, mais aussi la coopération internationale sont remises en question. Dernièrement, cela n’a été nulle part plus clair qu’aux États-Unis », conclut-il.

Recommandé pour vous

4 commentaires

  1. jipebe29 10 mois ago

    Au Cambrien (-500 à -600 millions d’années) le taux de CO2 a été de plusieurs milliers de ppm, et, de -100 Ma à -500 Ma (avec un minimum de quelques centaines de ppm autour de -300 Ma), la moyenne a été de 2000 ppm. Donc le taux actuel de 400 ppm est vraiment petit au regard du passé.

    Répondre Like Dislike
    1. Kevin 10 mois ago

      Par contre niveau disparition de la faune et de la flore, vous avez aussi des stats ?
      Et au niveau du nombre de déchets au bord des routes, de la réduction des espaces verts, etc ?

      A vous lire, on dirait qu’on pourrait aller encore plus vite !

      Répondre Like Dislike
  2. jipebe29 10 mois ago

    La température moyenne annuelle globale a augmenté de 0,7°C depuis 150 ans, pas de 1,7 °C depuis 45 ans. Et comme il y a un plateau de température depuis 2001, toute année de ce plateau est plus « chaude » que celles qui ont précédé depuis 150 ans. Dire que « les douze années les plus chaudes de l’histoire ont été enregistrées après 1998 » est doublement faux, car il y a eu des périodes de l’histoire plus chaudes que de nos jours : l’Optimum Médiéval, l’Episode Romain et l’Holocène, pour ne parler que des plus récentes.

    Répondre Like Dislike
  3. jipebe29 10 mois ago

    Alors, comment se fait-il que, depuis 2001, il n’y ait aucun réchauffement global, alors que, sur cette période, il y a eu inflation de nos émissions de gaz satanique? Curieux, non ? http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut4gl/from:2001/to:2015/trend/plot/rss/from:2001/to:2015/trend/plot/uah6/from:2001/to:2015/trend (l’année 2016, perturbée par un fort El Nino, est sortie de la tendance )ourde)

    Répondre Like Dislike

Connexion

S'inscrire

Réinitialiser mot de passe

Testez 8e étage gratuitement pendant 1 mois !

Des grands reportages exclusifs en toute indépendance 🌍
ESSAI GRATUIT