Vente d’armes : Du jamais vu depuis la fin de la Guerre froide

 L’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI) vient de rendre public son dernier rapport sur les transferts d’armements dans le monde. Bilan : depuis la fin de la Guerre froide, jamais autant d’équipement militaire n’a été acheté en si peu de temps que sur la période 2012-2016.

(Photo Flickr/ AMB Brescia)
(Photo Flickr/ AMB Brescia)

Entre 2007 et 2016, le volume des ventes internationales d’armes majeures a augmenté de 8,4% dans le monde, nous apprend la version 2017 du baromètre sur les transferts d’armements dans le monde de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI), publié ce lundi.

Sur la période 2012-2016, la palme revient encore une fois aux États-Unis, qui, à eux seuls, totalisent près d’un tiers des ventes d’armement sur la planète. Le volume de leurs ventes a augmenté de 21% par rapport à la période 2007-2011. Leur premier client n’a pas changé non plus : le Moyen-Orient, avec en tête l’Arabie Saoudite.

L’Europe reste également un marché de choix : 32% des armes achetées sur le vieux continent sont américaines. « Les États-Unis fournissent des armes majeures à au moins 100 pays à travers le monde — beaucoup plus que n’importe quel autre État fournisseur », précise le Dr Aude Fleurant, directrice du programme Armes et dépenses militaires du SIPRI.

La deuxième position revient à la Russie (23% des ventes sur la période 2012-2016), dont 70% des armements ont été vendus à quatre pays : l’Inde, le Vietnam, la Chine et enfin l’Algérie. À noter que la France (6% des ventes) arrive en quatrième position, juste derrière la Chine (6,2% des ventes), qui tend à s’imposer sur les marchés africains (+122% de ventes sur la période 2012-2016). Le premier marché français (40% des ventes) est le Moyen-Orient. Ne reste qu’à ajouter l’Allemagne (5,6% des ventes), qui a pour sa part vu ses ventes diminuer de 36% en cinq ans. Ce top 5 est responsable de près de 74% du volume total des exportations d’armes dans le monde au cours de ces cinq dernières années.

Côté acheteurs, l’Inde se révèle être le premier importateur d’armes au monde sur la période 2012-2016, comptant pour 13% des importations d’armes. Il s’agit là d’une hausse de 43% par rapport à la période 2007-2011. Comme le fait remarquer le SIPRI, le pays arrive ainsi loin devant ses rivaux dans la région : la Chine et le Pakistan.

On retrouve ensuite les pays du Golfe, qui comptent désormais pour 29% des importations d’armements ces cinq dernières années, soit une hausse de 86% depuis 2007. En tête, l’Arabie Saoudite (+212% en comparaison de la période 2007-2011), à la tête d’une coalition en guerre au Yémen, suivie du Qatar (+245%), des Émirats arabes unis et de la Turquie. La tendance à la hausse se fait cependant sentir dans l’ensemble de la région. « Au cours des cinq dernières années, la plupart des États du Moyen-Orient se sont principalement tournés vers les États-Unis et l’Europe dans leur quête accélérée de capacités militaires avancées », commente Pieter Wezeman, chercheur principal du programme Armes et dépenses militaires du SIPRI.

En comparaison, l’Europe, qui accuse toujours le coup après la crise financière de 2008, a enregistré une baisse significative (-36%) de ses commandes depuis 2007. Néanmoins, la signature de contrats importants, notamment d’avions de combat, devrait entrainer une nouvelle augmentation du volume des importations d’armes dans cette région du monde dans les années à venir.

Recommandé pour vous

0 commentaires