Autriche : Les publicités en ligne pour la vente d’animaux bientôt interdites

 En Autriche, une nouvelle « loi sur la Protection des Animaux » qui devrait prendre effet fin mars va interdire la publicité en ligne pour la vente d’animaux de compagnies.

(Photo Flickr/ Nicholas Erwin)
(Photo Flickr/ Nicholas Erwin)

Plusieurs milliers de publicités vont devoir être retirées de la toile autrichienne le mois prochain. En cause, une nouvelle « loi sur la Protection des Animaux » qui devrait prendre effet d’ici la fin du mois de mars. Elle interdira tout bonnement aux vendeurs d’animaux de compagnies de faire de la publicité sur des plateformes en ligne de type willhaben.at (NDLR, équivalent autrichien de LeBonCoin), comme le révèle The Local.

Alors que la vente en ligne d’animaux de compagnie atteint un pic historique dans le pays, les autorités autrichiennes viennent ainsi d’envoyer un message on ne peut plus clair : « publiquement […] offrir d’acheter ou de vendre des animaux sur Internet est interdit ». Il convient cependant de souligner que les particuliers cherchant à donner un animal auront théoriquement toujours le droit de poster leurs annonces en ligne. Ne seront pas concernés non plus les éleveurs officiellement enregistrés ni les refuges pour animaux, de même que les organisations de protection des animaux.

Cependant, la plateforme willhaben.at a déclaré qu’elle supprimera, dès l’entrée en vigueur de la loi, l’intégralité des quelque 8000 annonces privées actuellement visibles sur son site concernant des animaux. À l’en croire, il lui serait en effet trop difficile de pouvoir efficacement discerner les particuliers des vendeurs professionnels.

De son côté, l’association de protection des animaux Vier Pfoten appelle à une interdiction pure et simple de la publicité à caractère lucratif, ainsi qu’à l’instauration d’un âge minimum avant lequel les animaux ne pourront pas être légalement séparés de leur mère dans le but d’être remis à leur nouveau propriétaire. Deux revendications qui ont de fortes chances d’être incluses dans le texte de la nouvelle loi.

Recommandé pour vous

0 commentaires