À Fukushima, peu de repreneurs pour les logements de secours post catastrophe

Les bâtiments dépendants de la préfecture de Fukushima convertis en logements temporaires sont presque vides, malgré leur gratuité. « Cela est dû à une publicité insuffisante », a déclaré un officiel de la préfecture.

photo flickr/Ian Munroe
(photo flickr/Ian Munroe)

Seulement trois des 430 logements temporaires ont été alloués aux habitants depuis le début du programme en mai dernier, dans le cadre des efforts visant à réutiliser les quartiers de secours créés après le séisme et le tsunami de 2011, comme le rapporte le Japan Times.

La Préfecture encourage la réutilisation des bâtiments, afin de minimiser les coûts de déplacements et de réduire le gaspillage. Le plan avait par ailleurs été suspendu « au moment où plusieurs municipalités avaient proposé de nouvelles idées concernant la réutilisation des structures », précise l’officiel.

Les trois logements alloués, qui font tous parti du même bâtiment situé à dans la ville de Tadami, ont été construits après les violentes averses qu’ont connues les préfectures de Fukushima et Niigata en juillet 2011. Ils sont aujourd’hui les bureaux d’une organisation non lucrative basée à Aizuwakamatsu, qui dépend de la préfecture de Fukushima.

Le gouvernement préfectoral de Fukushima détient environ 13 000 logements de secours. Davantage d’habitations temporaires destinées aux victimes de la catastrophe nucléaire seront bientôt accessibles pour remplacer les abris actuels dont la période d’occupation est bientôt expirée.

La municipalité envisage de convertir environ 50 locaux publics dans le village de Kawauchi, alors qu’un complexe de logements provisoires dans la ville de Namie est prévu pour les habitants lorsque l’état d’urgence nucléaire sera levé pour la ville, à la fin du mois de mars.

Recommandé pour vous

0 commentaires

Connexion

S'inscrire

Réinitialiser mot de passe