Japon : Pour la première fois, un homme transgenre élu conseiller municipal

Mi-mars, Tomoya Hosoda a été élu conseiller municipal de la ville d’Iruma, dans la région de Kantō, à proximité de Tokyo. Âgé de 25 ans, ce jeune diplômé en médecine est le premier homme transgenre de l’histoire du pays à remporter une élection officielle.

Tomoya Hosoda (Photo Twitter/  Our Daily Queer‏)
Tomoya Hosoda
(Photo Twitter/ Our Daily Queer‏)

En 2003, le Japon découvrait Aya Kamikawa à l’occasion de son élection au poste de conseillère municipale à l’assemblée de Setagaya, l’arrondissement le plus peuplé de Tokyo. Née homme, elle fut la première personne transgenre à se présenter à une élection officielle au Japon, la remporter, puis à être réélue.

Presque quinze ans plus tard, c’est cette fois-ci au tour d’un homme transgenre de faire parler de lui au pays du soleil levant. À la mi-mars, Tomoya Hosoda, jeune diplômé en médecine âgé de 25 ans, est devenu conseiller municipal à Iruma, dans la région japonaise de Kantō, à proximité de Tokyo, comme nous l’apprend un récent article de The Independent.

Le jeune homme a décidé de se lancer en politique en 2015, peu de temps après avoir fait son coming out et avoir officiellement changé de genre. Lors de la campagne, il a déclaré vouloir ouvrir le débat sur la place des personnes LGBTQ (Lesbiennes, gays, bisexuels, trans et queers) dans la société japonaise en précisant cependant ne pas se battre uniquement pour les droits de cette communauté, mais aussi pour les droits des handicapés et des personnes âgées. Son objectif affiché : Aider à construire un système qui embrasse la diversité et aide les minorités, peut-on lire dans les pages du Saitama Shimbun.

« Jusqu’il y a peu, les gens ont agi comme si les minorités sexuelles n’existaient pas. Il reste beaucoup d’obstacles à surmonter, mais j’espère me montrer à la hauteur des attentes de tout le monde », a-t-il confié lors d’une interview accordée à Stonewall, une organisation à but non lucratif qui milite en faveur des droits de la communauté LGBTQIA+ du pays. De cette communauté, le jeune homme dit d’ailleurs avoir reçu un grand nombre de messages de soutien depuis l’annonce de sa candidature et la publication de son portrait sur le site Internet Out in Japan.

L’élection de Tomoya Hosoda devrait permettre de donner un peu plus de visibilité aux transgenres dans un archipel nippon où il demeure pour le moins compliqué de sortir du placard. Ainsi, en mai de l’année dernière, l’ONG Human Rights Watch publiait un rapport édifiant sur les conséquences, on ne peut plus tangibles pour les jeunes Japonais LGBT, de politiques et d’un programme scolaire national ne tenant pas suffisamment compte de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre.

Recommandé pour vous

0 commentaires