Russie : Le film « Power Rangers » interdit aux mineurs

 Début mars, le nouveau film de Disney « La Belle et la Bête » se voyait interdit aux moins de 16 ans en Russie pour cause de « moment gay ». Quelques semaines plus tard, voici venu le tour du film « Power Rangers », que les moins de 18 ans ne pourront pas aller voir au cinéma en raison de la présence d’un « personnage LGBT ».

(Photo Flickr/ Docking Bay 93)
(Photo Flickr/ Docking Bay 93)

Le nouveau film « Power Rangers » sera interdit aux mineurs en Russie. WDSSPR, son distributeur russe, a classé le film 18+ après une vive critique de la part de plusieurs députés russes, comme nous l’apprend un récent article du Guardian. En cause ? La présence d’un « personnage LGBT » en la personne de la Power Rangers jaune, Trini, qui dans le film se questionne sur son orientation sexuelle.

En effet, à en croire Vitaly Milonov — homophobe et antisémite notoire à l’origine de la loi sanctionnant la « propagande homosexuelle » votée en juin 2013 dans le pays —, cité par le Hollywood Reporter, l’œuvre de Dean Israelite, le réalisateur de « Power Rangers », peut être assimilée à de la propagande fasciste : « Si l’idéologie fasciste est interdite dans notre pays, alors [les films] de personnes comme Dean Israelites devraient être interdits sur-le-champ ».

Début mars, le même député demandait une interdiction du nouveau film de Disney « La Belle et la Bête » pour cause de « moment gay ». Sans même avoir pris la peine de voir le film, il avait alors déclaré qu’il était crucial de s’opposer à une « propagande flagrante et éhontée du péché et des relations sexuelles perverses ». Le film recevra finalement le label 16+ en Russie.

Malgré leur victoire, Vitaly Milonov, mais aussi d’autres comme Alexei Zhuravlev, député conservateur et président du parti nationaliste Rodina (NDLR, « Patrie » en russe), n’hésitent pas à critiquer un ministère de la Culture qu’ils jugent encore trop tolérant vis-à-vis de films que eux considèrent comme de la « propagande gay ». Qu’importe que de l’autre côté du Pacifique, aux États-Unis, ces deux films très populaires chez le jeune public arrivent actuellement en tête du box-office.

Comme le signalait encore récemment l’ONG Human Rights Watch, l’homophobie demeure latente au sein de la société russe et la situation ne va malheureusement pas en s’améliorant, l’État russe semblant au contraire fermement décidé à encourager ce comportement. Pour rappel, en Russie l’homosexualité était considérée comme un crime jusqu’en 1993 et comme une maladie mentale jusqu’en 1999.

Recommandé pour vous

0 commentaires