Les Allemands n’ont jamais eu autant confiance dans leurs médias

 Selon les résultats d’une étude menée annuellement par une équipe de l’université de Wurtzbourg, en Bavière, depuis le début du XXIe siècle les Allemands n’ont jamais accordé plus de confiance à leurs médias qu’aujourd’hui.

(Photo Flickr/ Ines Njers)
(Photo Flickr/ Ines Njers)

Cela pourrait sembler contre-intuitif lorsqu’on sait que le terme « Lügenpresse » (NDLR, « presse menteuse » en allemand), tristement rendu célèbre par le propagandiste nazi Joseph Goebbels qui l’utilisait pour désigner la presse étrangère, semble récemment avoir trouvé une nouvelle jeunesse auprès de l’extrême droite allemande. Pourtant, à en croire les résultats d’une étude menée par une équipe de l’université de la ville Wurtzbourg, en Bavière, les Allemands n’ont jamais accordé autant de confiance à leurs médias qu’aujourd’hui.

Les données utilisées par l’équipe allemande sont tirées de l’Eubaromètre de la Commission européenne, laquelle publie annuellement deux enquêtes constituées d’environ 1000 interviews en face à face par pays. Cependant, en Allemagne, les enquêteurs demandent chaque année leur avis à 2000 personnes en ex RFA et à 1500 personnes en ex RDA. Les chiffres avancés par l’université de la ville Wurtzbourg correspondent donc à un échantillon total d’à peu près 3500 personnes.

En 2016, 55,7% des personnes interrogées ont déclaré croire ce qu’elles lisent dans la presse papier. Une hausse importante (+10 points) par rapport à 2015 où ils n’étaient que 45,7%. Comme le fait remarquer The Local, il s’agit du niveau de confiance le plus élevé jamais enregistré depuis 2000. 38,8% des Allemands continuent cependant de déclarer ne pas croire les informations qu’ils peuvent lire dans la presse papier.

(Source : université de Wurtzbourg)
Évolution de la confiance des Allemands dans la presse papier. (Source :  Université de Wurtzbourg)

Il est intéressant de remarquer que nos voisins d’outre-Rhin tendent à accorder plus de crédit à la radio et la télévision qu’à la presse papier. En 2016, 67,8% disaient considérer la radio comme une source d’information fiable (+7,4 points par rapport à 2015) contre seulement 60,5% pour ce qui est de la télévision (+5,8 points par rapport à l’année précédente).

(Source : université de Wurtzbourg)
Évolution de la confiance des Allemands dans la radio et la télévision. (Source :  Université de Wurtzbourg)

Selon le directeur de l’étude, le spécialiste des médias Kim Otto, ces résultats soulignent le fait que les gens tendent à davantage montrer leur appréciation pour la valeur de médias établis à une époque où les « fake news » se multiplient sur les réseaux sociaux. Il a ajouté que l’emprisonnement d’un journaliste en Turquie a certainement permis à de nombreux Allemands de mieux comprendre l’importance d’une presse libre.

À noter qu’il semble exister un fossé générationnel en matière de confiance dans les médias. L’étude souligne que les personnes âgées de 25 à 34 ans étaient les moins susceptibles de faire confiance à la presse papier. Dans cette tranche d’âge, seule une personne sur deux déclarait lui faire confiance. À l’inverse, 66% des personnes âgées de plus de 75 ans disent avoir une totale confiance dans ce qu’ils lisent dans la presse.

À cela vient s’ajouter un fossé géographique entre l’ouest et l’est du pays, où est notamment basé le mouvement populiste de droite Pegida. Ainsi, si 59% des Allemands de l’ouest du pays disent faire confiance aux journaux, c’est le cas de seulement 42% à l’est. Les auteurs de l’étude notent en outre une hausse du nombre de personnes se disant “de droite” qui déclarent faire confiance à la presse. Pour cause : de 33% en 2015, ils sont passés à 51% l’année dernière.

En France, Kantar TNS réalise chaque année, depuis bientôt 30 ans, une étude similaire appelée « baromètre sur la confiance des Français dans les médias », commandité par La Croix. Les résultats pour 2016 sont disponibles ici. Rappelons enfin qu’il convient systématiquement d’aborder ce genre de travaux, de même que les chiffres avancés par toute étude ou sondage isolé, avec la distance critique nécessaire.

Recommandé pour vous

0 commentaires