Estonie : Bientôt des ours en peluche dans les voitures de police ?

En cas de succès, plus que probable, d’une campagne de financement participatif, les voitures de police estoniennes se verront prochainement équipées d’ours en peluche. Leur rôle ? Aider à réconforter les enfants présents sur les lieux d’une intervention.

(Capture d'écran  http://www.hooandja.ee)
(Capture d’écran  http://www.hooandja.ee)

En Estonie, des enfants seraient impliqués dans plus de 1000 interventions policières par an. Que ces dernières aient lieu à l’école, à la maison, sur une aire de jeu, ou encore sur la route, elles ont un point commun : les mineurs en sortent rarement indemnes. Ils se retrouvent ainsi souvent « blessés, en état de choc ou en besoin de réconfort », comme l’explique le quotidien estonien Jarva Teataja.

C’est de ce constat qu’est née la dernière initiative de Traumamõmmik (NDLR, ce qui pourrait se traduire par « l’ours du traumatisme »). L’objectif de l’ONG : placer deux ours en peluche dans chaque voiture de police du pays d’ici le 1er juin prochain — date de la journée des droits de l’enfant dans de nombreux pays de l’ex-URSS —, nous apprend le journal. L’idée étant que les enfants aient ensuite le droit de garder la peluche, ou bien de l’échanger pour une autre, plus à leur goût, au commissariat.

La police et les gardes-frontières auraient d’ores et déjà donné leur accord. « Les incidents de violence domestique impliquent souvent un besoin de réconfort de la part des enfants », a ainsi commenté Margus Toomsalu, le chef de la police municipale de la ville de Paide.

Pour financer l’achat des peluches, leur transport et leur stockage, Traumamõmmik a décidé de se tourner vers le financement participatif. Un projet a ainsi été déposé sur la plateforme Hooandja. L’ONG espérait réussir à lever 7000€ d’ici le 28 avril prochain. Un objectif qu’elle a d’ores et déjà atteint. En effet, au moment de l’écriture de cet article, quelque 388 personnes et entreprises privées ont déjà promis de donner près de 7400€, le tout en seulement quelques jours.

Comme le fait remarquer la BBC, Traumamõmmik avait dans un premier temps envisagé de recourir à des peluches achetées d’occasion. Cependant, pour des raisons de santé et de salubrité, elle a finalement décidé d’acheter des ours neufs.

Recommandé pour vous

0 commentaires