Pékin récompense les habitants qui dénoncent des espions étrangers

Le Bureau de la Sécurité d’État pour la municipalité de Pékin, la capitale chinoise, offre une récompense d’un demi-million de yuans (environ 68 420€) aux Pékinois qui seraient en possession d’informations sur d’éventuels espions étrangers.

(Photo Flickr/ Alexander Mueller)
(Photo Flickr/ Alexander Mueller)

L’information rappelle certaines des heures les plus sombres de l’histoire. Le Bureau de la Sécurité d’État pour la municipalité de Pékin a publié ce lundi de nouvelles régulations invitant les habitants à dénoncer les espions étrangers, comme l’explique un article du South China Morning Post (SMCP). À la clé : une récompense pouvant atteindre un demi-million de yuans.

Le Beijing Daily ainsi que d’autres médias d’État précisent que les Pékinois auront la possibilité de se livrer à la dénonciation en passant par une hotline (mise sur pied il y a deux ans), par mail ou encore en personne. Les autorités attendent des informations sur toute activité pouvant mettre en danger la sécurité nationale ou concerner le vol de secrets nationaux. Les récompenses décernées dépendront de la nature des informations et pourront aller de 100 000 (environ 13 684€) à 500 000 yuans (environ 68 420€).

Il est également précisé que les dénonciations infondées seront tolérées aussi longtemps que l’informateur n’aura pas communiqué délibérément de fausses informations dans le but de harceler quelqu’un. « Pékin est le choix numéro 1 pour les agences d’espionnage étrangères et les autres forces hostiles pour mener des activités d’infiltration, de subversion, de division, de destruction et de vol d’information », explique un communiqué du Bureau. L’objectif étant de motiver la société à « graduellement construire une Grande Muraille d’acier contre l’espionnage ».

L’annonce fait suite à la mutation progressive du gouvernement central en un organe qui se montre de plus en plus suspicieux envers les organisations extérieures et le personnel non chinois. Par exemple, comme le rappelle le SMCP les ONG étrangères présentes en Chine sont maintenant tenues de s’enregistrer directement auprès de la police, et non plus auprès des autorités civiles comme c’était le cas précédemment. Rappelons également que l’année dernière encore, le pays avertissait, par le biais d’une mini BD quelque peu surréaliste, les jeunes Chinoises de se montrer extrêmement prudentes avec les étrangers de sexe masculin qui pourraient bien se révéler être en réalité des espions.

Recommandé pour vous

0 commentaires

Connexion

S'inscrire

Réinitialiser mot de passe

Recevez 8e étage dans votre boîte mail !

L'information que vous n'avez pas lue dans les autres médias ! 📬
S'INSCRIRE