Inde : Les femmes peuvent dorénavant conserver leur nom de jeune fille sur leur passeport

 Narendra Modi, le Premier ministre de l’Inde, a annoncé jeudi 13 avril que les femmes indiennes sont désormais libres de conserver leur nom de jeune fille sur leur passeport après leur mariage. Il s’agit d’une petite révolution dans une société aussi conservatrice et patriarcale.

(Photo Flickr/  sanjeev kar)
(Photo Flickr/ sanjeev kar)

Les femmes seront au centre des programmes de développement de l’Inde, a déclaré jeudi le Premier ministre indien, Narendra Modi, lors d’une vidéoconférence. Son audience ? Des femmes de la Fédération des chambres de commerce et d’industrie du pays. Il a précisé que son gouvernement travaille sur les différents moyens d’accorder plus d’autonomie aux Indiennes, comme le rapporte le Times of India.

Pour ce faire, le leader du mouvement nationaliste hindou a annoncé quelques mesures très concrètes. Parmi celles-ci, la fin de l’obligation pour les femmes mariées de ne faire figurer que leur nom d’épouse sur leur passeport. « À partir de maintenant, les femmes ne devront plus changer le nom inscrit sur leur passeport après leur mariage », a expliqué Narendra Modi.

Lire aussi notre grand reportage : Ces Indiennes qui défient la chasse aux sorcières

Énumérant ensuite un certain nombre de programmes ciblant les femmes initiés par son gouvernement, le Premier ministre a également annoncé une extension du congé maternité à 26 semaines, contre 12 actuellement. De plus, afin d’encourager les femmes à accoucher à l’hôpital et ainsi réduire la mortalité infantile, les Indiennes se verront maintenant offrir 6000 roupies (environ 87€) si elles acceptent de quitter leur domicile pour l’occasion — une somme conséquente lorsque l’on sait que le revenu mensuel moyen par habitant en Inde s’élève à approximativement 120€. Le Premier ministre a terminé en faisant l’éloge de l’esprit entrepreneurial des femmes, précisant qu’elles représentent 70% des bénéficiaires de prêts Mudra (sortes de microcrédits à l’investissement).

Paradoxalement, alors que les violences contre les femmes sont en augmentation en Inde ces dernières années, un vent de changement semble souffler dans la sphère politique. Rappelons que la semaine dernière, une autre loi qui devrait améliorer la vie de milliers d’Indiennes entrait en vigueur. Cette dernière reconnaît officiellement les victimes d’attaques à l’acide comme étant en situation de handicap physique. Les victimes (principalement des femmes) ont ainsi dorénavant le droit à une compensation financière ainsi qu’à des aides à l’insertion professionnelle.

Recommandé pour vous

0 commentaires

Connexion

S'inscrire

Réinitialiser mot de passe

Recevez 8e étage dans votre boîte mail !

L'information que vous n'avez pas lue dans les autres médias ! 📬
S'INSCRIRE