Espagne : Les “visas en or” ont généré 2,16 milliards d’euros d’investissement depuis 2013

(Photo Flickr/ Doc Searls)
(Photo Flickr/ Doc Searls)

Le visa D, mieux connu sous le nom de « visa en or », introduit par le gouvernement espagnol en 2013 dans le but d’attirer dans le pays de riches investisseurs étrangers, a généré 2,16 milliards d’euros d’investissements depuis sa création, révèle un article d’El País. Un peu plus de trois ans et demi après son lancement, le dispositif aurait d’ores et déjà séduit 2236 personnes. Pour rappel, l’idée est de proposer des autorisations de résidence en échange d’investissements dans le pays.

Comme l’explique le quotidien espagnol, 72% des sommes auraient été investies dans le secteur de l’immobilier — principalement à Barcelone, Malaga, Madrid et Alicante. Cependant, les investisseurs ne sont pas les seuls à pouvoir bénéficier de ce visa particulier. Il faut ajouter à cette population les membres de la famille (époux, enfants mineurs ou à charge et parents âgés), les « créateurs de projets d’entreprise d’intérêt général », mais aussi les travailleurs très qualifiés. Ainsi au total, c’est donc à 27 301 personnes (dont 12 891 étrangers et les 14 410 membres de leurs familles) que la « loi de soutien à l’entrepreneur et de promotion pour son internationalisation », promulguée en septembre 2013, a bénéficié.

59,4% du total des investissements proviendraient de ressortissants Russes et de Chinois. 714 citoyens chinois auraient investi 716 millions d’euros dans des biens immobiliers, des placements financiers et des projets commerciaux. Les Russes arrivent en deuxième position, avec 685 « visas en or » et 567 millions d’euros investis.

Côté travailleurs très qualifiés, on dénombre 5315 autorisations de résidence. Dans cette catégorie, ce sont les Vénézuéliens qui arrivent en pole position, avec 665 ressortissants. Ils sont suivis de 530 Chinois et 453 citoyens américains. À noter que 1483 visas ont été accordés à des étrangers travaillant dans le secteur de la recherche ou en formation en Espagne. Les cinq nationalités bénéficiant le plus de ce type de visas étant les Colombiens, les Indiens, les Chinois, les Mexicains et enfin les Iraniens.

Comme le rappelle El País, la pratique du « visa en or » s’est progressivement répandue en Europe au cours des vingt dernières années. On retrouve ainsi des dispositifs similaires en Allemagne, en Irlande, au Portugal, au Royaume-Uni et même en France.

Le succès du dispositif espagnol est le fruit d’un assouplissement des critères initialement prévus par la loi. Ainsi, la première année, seules 500 personnes y avaient postulé, n’injectant que 700 millions d’euros dans l’économie espagnole. Face à ce succès mitigé, les autorités ont décidé d’autoriser les membres de la famille à rejoindre les détenteurs de « visas en or » et d’allonger la durée des autorisations de résidence à cinq ans, contre deux initialement, générant un engouement sans précédent.

Recommandé pour vous