Études : L’écart salarial hommes-femmes serait lié au fait d’avoir des enfants

En se basant sur les résultats de deux récentes études américaines, le New York Times met en lumière l’existence d’une forte corrélation entre le fait de se marier et d’avoir des enfants et l’apparition d’un écart salarial conséquent entre hommes et femmes aux États-Unis.

(Photo Flickr/ UN Women)
(Photo Flickr/ UN Women)

À leur entrée dans le monde du travail, les hommes et les femmes gagnent plus ou moins la même chose aux États-Unis. C’est seulement quelques années plus tard, à la fin de la vingtaine/début de la trentaine, qu’apparaît un écart salarial hommes-femmes significatif. Il ne cessera ensuite de croître au fil des deux décennies suivantes, à en croire les résultats de deux récentes études repérées par le New York Times.

Pourquoi précisément à ce moment-là ? Car c’est à cet âge que beaucoup de femmes se marient et commencent à avoir des enfants, selon le New York Times. Pour preuve, comme le souligne le quotidien, l’écart salarial est sensiblement moins important chez les femmes non mariées sans enfant — bien qu’il demeure tout de même présent.

Dans le cadre des deux études, les chercheurs ont utilisé des données issues du 22e recensement des États-Unis d’Amérique — communément appelé Census 2000 — ainsi que des données tirées du recensement « Longitudinal Employer-Household Dynamics pro » réalisé au cours de la période 1995-2008, qui s’intéressait aux entreprises du secteur privé. C’est la combinaison inédite de ces deux ensembles de données qui a permis aux chercheurs d’établir un lien entre expériences professionnelles et données démographiques comme l’âge, le niveau d’éducation, le mariage et la naissance d’un enfant.

Selon les résultats des deux études — dont la première sera prochainement publiée dans le American Economic Review et la seconde est déjà disponible sous forme d’un document de travail publié par le National Bureau of Economic Research —, l’une des raisons pour lesquelles l’écart salarial aurait tendance à se creuser à cette période de la vie des femmes serait à trouver du côté d’une répartition, souvent bien inégale, des tâches ménagères. En effet, même lorsque les deux conjoints travaillent à plein temps et que la femme a effectué des études supérieures et occupe un emploi bien payé, c’est elle qui devra le plus souvent assumer l’essentiel des responsabilités à la maison. Ce qui se révélerait d’autant plus vrai dès lors que des enfants entrent dans l’équation.

Un écart est considérable.

Selon les données collectées, une femme ayant terminé des études supérieures gagnera en moyenne 90% du salaire d’un homme à l’âge de 25 ans, contre seulement 55% à l’âge de 45 ans. La différence est également nettement visible chez les femmes sans diplôme, avec un écart salarial qui augmente de 28% entre 25 et 45 ans. Un écart qui tend à se creuser lorsqu’elles sont en âge de procréer pour ne se combler que rarement plus tard.

Il n’est cependant même pas nécessaire d’avoir des enfants pour voir l’écart salarial se creuser, comme le note le quotidien américain. Les carrières des femmes mariées sans enfant tendent à pâtir de la simple union conjugale. Ainsi, selon les résultats des deux études susmentionnées, les femmes ont plus tendance à mettre leur carrière entre parenthèses au profit de celle de leur conjoint. Ce sont encore elles qui vont avoir tendance à accepter des emplois moins contraignants à partir du moment où elles envisagent de devenir mères. Plus problématique : les employeurs eux-mêmes tendraient instinctivement à arrêter de leur donner plus de responsabilités au travail après leur mariage, dans la mesure où ils supposent qu’elles risquent d’avoir bientôt des enfants et auront besoin de prendre des congés.

« Une personne se concentre sur sa carrière et l’autre assume la majeur partie des tâches ménagères », explique ainsi Sari Kerr, une économiste de Wellesley College, une université privée féminine en sciences humaines, située à Wellesley près de Boston aux États-Unis, cosignataire des deux études. Selon elle, beaucoup de couples américains estiment logique que la personne qui gagne le moins, généralement la femme, prenne en charge la plus grande partie des tâches ménagères et l’éducation des enfants. Il s’agit pourtant d’un cercle vicieux, avertit-elle, dans la mesure où c’est aussi l’une des premières raisons qui font que la femme gagne moins.

Sari Kerr précise également que si un certain nombre de femmes travaille effectivement moins à partir du moment où elles deviennent mères, c’est loin d’être une généralité. Cette réalité n’empêche pas les employeurs de continuer à les payer moins que les hommes. Selon l’économiste, un grand nombre d’employeurs présumeraient que les mères de famille prennent leur travail moins à cœur que les femmes sans enfant.

Pire encore, les résultats des deux études montrent que lorsque les femmes décident de travailler moins, leur paie ne diminue pas de façon proportionnelle. Ainsi, leur salaire horaire se révèle lui aussi en moyenne moins important que celui des hommes. Dans le cadre d’emplois qualifiés, les employeurs tendraient à mieux payer, de manière disproportionnée, celles capables de travailler pendant de longues heures, au détriment de celles qui souhaitent travailler de façon plus flexible.

L’essentiel de l’écart salarial entre les hommes et les femmes (73%) serait dû au fait que les femmes n’obtiennent pas d’augmentations et de promotions au même rythme que les hommes dans les entreprises. L’ancienneté et l’expérience semblent beaucoup plus payantes pour les hommes que pour les femmes. « Sur tous les aspects, les femmes sont désavantagées. Qu’elles changent de travail ou essayent de continuer avec leur employeur, elles sont toujours moins payées », conclut Sari Kerr.

En résumé, explique le New York Times, réduire l’écart salarial entre les hommes et les femmes aux États-Unis — autrement qu’en disant aux femmes qu’elles doivent éviter de se marier et d’avoir des enfants — devra avant tout passer par des changements dans les entreprises, mais aussi par des politiques publiques s’appliquant aussi bien aux hommes qu’aux femmes.

Recommandé pour vous

0 commentaires

Connexion

S'inscrire

Réinitialiser mot de passe

Recevez 8e étage dans votre boîte mail !

L'information que vous n'avez pas lue dans les autres médias ! 📬
S'INSCRIRE