Japon : Des scientifiques créent des gamètes d’une espèce animale menacée à partir de cellules souches

(Photo Flickr/Jean-Etienne Minh-Duy Poirrier)
(Photo Flickr/ Jean-Etienne Minh-Duy Poirrier)

Une première mondiale. À partir de cellules souches pluripotentes (CSP), générées en laboratoire à partir de cellules somatiques, une équipe de scientifiques japonais a réussi à créer des ovules et du sperme de tokudaia osimensis, une espèce de rongeur endémique de l’île de Tokunoshima présente sur la liste rouge des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Les résultats, prometteurs, ont été dévoilés vendredi dans la revue scientifique américaine Science Advances. Les chercheurs des universités de Miyazaki, Hokkaido, Kyoto, de l’Université de médecine de Shiga et de l’institut de recherche RIKEN déclarent que la méthode qu’ils ont mise au point pourrait se révéler efficace dans la lutte contre l’extinction des espèces animales menacées.

Comme l’explique le Japan Times, les tokudaia osimensis, rongeurs endémiques à l’île de Tokunoshima, dans la préfecture de Kagoshima, au sud-ouest du Japon, sont classés comme trésor national dans le pays. Leur survie est actuellement menacée par la destruction de leur habitat naturel, ainsi que par plusieurs prédateurs, dont des chats, des chiens et des mangoustes, mais aussi par la concurrence exercée par les rats noirs, précise le site de l’UICN.

En utilisant des cellules souches de tokudaia osimensis et en les injectant dans des embryons de souris, avant de les transplanter dans des utérus de souris, les scientifiques ont réussi à créer des souriceaux dont les testicules et les ovaires contenaient de petites quantités de sperme et d’ovules de l’espèce menacée. L’équipe se prépare maintenant à essayer de donner naissance à de petits tokudaia osimensis en utilisant ces cellules reproductives. « Notre technologie actuelle est encore très loin d’atteindre un tel objectif, mais il existe une possibilité », conclut Arata Honda, un chercheur de l’université de Miyazaki ayant pris part à l’étude.

Selon les informations du Japan Times, plusieurs équipes de scientifiques à travers le monde ont déjà réussi à produire des cellules souches d’espèces animales menacées. L’équipe japonaise serait néanmoins la première à obtenir avec succès des gamètes. Une réussite qui serait largement due à la possibilité d’utiliser des souris, qui partagent de nombreuses caractéristiques avec l’espèce de rongeurs menacée, confient les scientifiques.

Recommandé pour vous

0 commentaires