Stand de tir et portrait d’Hitler, bienvenue au Motor Bar de Donetsk

En République populaire de Donetsk, un bar autrefois emblématique pour les bikers des environs vient de rouvrir ses portes, grâce à un Russe. Étudiants, motards, et jeunes s’y retrouvent autour d’une bière. Stand de tir et musique sont au rendez-vous, à condition de respecter le couvre-feu : 23 heures…

(photos Laurent Carre/8e étage)
(photos Laurent Carre/8e étage)

À deux pas du square Lénine, épicentre de Donetsk, trois bécanes sont garées devant un curieux édifice. L’une immatriculée en Ukraine, l’autre en Russie et la troisième en République populaire de Donetsk. En levant les yeux, l’avant d’une Harley jaune flashy encadre l’entrée d’un des hauts-lieux des soirées donetskites. Le Motor bar. 

« Cet endroit respecte vraiment l’âme des motards, on s’y sent bien », s’extasie Andrei, trente-cinq ans. Le Russe a fait 10 000 kilomètres pour retrouver Yulia, sa copine bikeuse, à Donetsk. « Notre rencontre ? C’était en août dernier… On a eu notre premier rencard l’été sur le lac Baïkal ! C’était vraiment romantique », raconte avec nostalgie cet ancien trader. 

Avec la guerre et la sécession, le système bancaire ukrainien et européen a cessé de fonctionner à Donetsk. Résultat, Andreï a perdu son emploi. Depuis, il travaille dans une station énergétique. Yulia, elle, voit d’un bon œil le gouvernement qui a émergé de cette guerre fratricide. La jeune femme affirme aimer « son nouveau gouvernement, les rues mieux entretenues et les roses aussi ». Tout en assumant son patriotisme, la designer de publicités ne « s’encombre pas de discours politiques », ça ne l’intéresse pas. Pourtant, comme la plupart des habitants de la ville, elle « souhaite que la guerre finisse rapidement »

Au-delà de leurs sentiments, le couple est uni par une solide russophilie. D’ailleurs, son petit ami l’exhibe fièrement au travers d’un tee-shirt CCCP Gagarin (NDLR, URSS Gagarin ; du nom du célèbre cosmonaute soviétique), qui l’accompagne dans sa chevauchée depuis Vladivostok. Ces mordus de deux roues connaissaient bien la réputation du Motor bar avant d’y être conviés par son nouveau patron russe. « Tous les motards du Donbass avaient l’habitude de s’y réunir avant la guerre. Mais le changement de proprio au début du conflit a transformé l’esprit du bar. » 

La suite de ce reportage est réservée aux abonnés. 8e étage est un media indépendant, 100% financé par ses lecteurs, sans publicité ni actionnaire. Quatre grands reportages par mois sont ainsi réservés aux abonnés.

N’hésitez pas à nous soutenir à partir de 3,90€ par mois à prix libre (paiement sécurisé/sans engagement) pour accéder à cet article ainsi qu’à tous les autres longs formats du site !

Recommandé pour vous

Connexion

S'inscrire

Réinitialiser mot de passe

Recevez 8e étage dans votre boîte mail !

L'information que vous n'avez pas lue dans les autres médias ! 📬
S'INSCRIRE