Floride : N’importe qui peut désormais remettre en question le contenu des manuels scolaires

L’État américain de Floride a adopté une loi qui fait grincer les dents des défenseurs d’une pensée rationnelle et scientifique. En effet, selon le texte de la loi HB 989, proposée par le député républicain Byron Donalds, tout Floridien peut désormais demander aux commissions scolaires d’examiner le contenu de matériels éducatifs, à l’instar de manuels scolaires, utilisés dans les écoles de l’État.

(Photo Flickr/ University of Illinois Library)
(Photo Flickr/ University of Illinois Library)

Plus d’un créationniste et d’un climatosceptique se frotte déjà probablement les mains. Comme nous l’apprend un récent article du réseau de radiodiffusion public américain Public Radio International (PRI), la Floride vient d’adopter une loi qui autorise n’importe lequel de ses résidents à “contester l’utilisation ou l’adoption de matériels éducatifs”, c’est-à-dire demander aux commissions scolaires d’examiner ou réexaminer les contenus de manuels scolaires utilisés dans les écoles de l’État.

Ses défenseurs revendiquent le droit des Floridiens à avoir leur mot à dire en matière d’enseignement. La communauté scientifique, elle, s’inquiète que cette loi ne devienne rien d’autre qu’un outil pour essayer de faire disparaître l’enseignement de la théorie de l’évolution et du réchauffement climatique dans les salles de classe.

“Mon groupe, Florida Citizens for Science, suit ça depuis maintenant un bon moment”, explique Brandon Haught, professeur des sciences de l’environnement et cofondateur de l’organisation sur les ondes de PRI. Il y raconte comment le texte de la loi HB 989 oblige les commissions scolaires à se réunir en comité dès lors qu’un résident décide de se plaindre du contenu d’un manuel scolaire, le tout en présence d’un agent n’étant pas employé par la municipalité. “Ensuite, ce conseiller-auditeur émet une recommandation à la commission scolaire”, ajoute Haught, “et c’est la commission scolaire qui prend la décision finale”.

À en croire Julie Palakovich Carr, gestionnaire des politiques publiques à l’Institut américain des sciences biologiques, Brandon Haught et les membres de son groupe ont raison de s’inquiéter. En effet, la science aurait été explicitement mentionnée lors d’un grand nombre d’affidavits déposés devant la Cour lors du processus législatif : “Certains des supporters de la proposition de loi ont indiqué très clairement que l’enseignement de la théorie de l’évolution ou du réchauffement climatique était problématique et qu’il représentait la raison pour laquelle il était nécessaire que cette loi soit promulguée”.

Ainsi, comme le relate le Orlando Sentinel, un résident du comté de Martin a dans son affidavit demandé le réexamen d’un manuel intitulé « Advanced Placement » pour avoir présenté la théorie de l’évolution comme un fait avéré. Sa justification ? “La vaste majorité des Américains croient que le monde et les êtres qui vivent dessus ont été créés par Dieu comme révélé dans la Bible”.

Initié par le député républicain Byron Donalds, cette loi a été parrainée et coécrite par une organisation appelée Florida Citizens’ Alliance, proche du Tea Party.

Recommandé pour vous

0 commentaires