Californie : Il est désormais interdit de vendre des animaux d’élevage dans les animaleries

La Californie devient le premier État américain à voter un texte, la loi AB 485, interdisant aux animaleries et autres vendeurs d’animaux de proposer à la vente des chiens, chats et lapins n’étant pas issus de chenils, refuges, centres d’adoption ou d’opérations de sauvetage. Elle devrait entrer en vigueur en janvier 2019.

(Photo Flickr/ Stacy)
(Photo Flickr/ Stacy)

Le constat de départ était relativement simple : en Californie, les gens continuent d’avoir tendance à acheter leurs animaux dans des animaleries qui se fournissent la plupart du temps auprès d’élevage. Une situation absurde lorsque l’on sait que des milliers d’animaux attendent de trouver un nouveau propriétaire dans les chenils, refuges, centres d’adoption et autres centres d’opérations de sauvetage de l’État, et sont souvent euthanasiés faute d’intéressés. Pour y remédier, les sénateurs de l’État ont voté lundi 9 octobre la loi AB 485 qui donne la priorité à l’adoption d’animaux promis à l’euthanasie.

Ainsi, à partir de janvier 2019, la loi AB 485 précise qu’il sera interdit de vendre des chiens, des chats ou encore des lapins spécifiquement élevés pour le commerce en Californie. Pour ne pas mettre la clé sous la porte, les animaleries devront désormais travailler de concert avec les chenils, refuges et centres d’adoption. Elles devront tenir à la disposition des clients potentiels des documents attestant de leur provenance, mais aussi afficher de manière claire d’où proviennent les animaux. En cas d’infraction, la loi prévoit des amendes pouvant aller jusqu’à 500 dollars (environ 420 euros) par animal. Bien que 36 villes de l’État, dont Los Angeles, San Francisco et San Diego, aient déjà mis en place des interdictions concernant l’élevage de masse d’animaux domestiques, il s’agit d’une avancée qui permettra, entre autres, de réduire la souffrance animale dans les élevages.

Les défenseurs de cette mesure mettent en avant un meilleur traitement des animaux. Ainsi, Matt Bershadker, le PDG de la Société américaine pour la prévention de la cruauté envers les animaux, a déclaré dans les pages de Business Insider que “cette loi emblématique casse la chaîne d’approvisionnement des élevages qui « poussent » leurs chiots dans les animaleries de Californie et a permis à des éleveurs peu scrupuleux de se faire de l’argent grâce à des pratiques abusives”. De son côté, l’industrie a répondu qu’elle considérait que cette interdiction ne permettra plus de fournir d’importantes garanties au client. Jerry Brown, le gouverneur de Californie, n’a pour sa part pas fait de commentaire après avoir apposé sa signature sur le document.

Recommandé pour vous

0 commentaires