Chine : Une université adopte la reconnaissance faciale pour lutter contre l’absentéisme

Une université chinoise de Nankin a décidé d’avoir recours à la technologie de reconnaissance faciale dans six de ses classes. Objectif : remplacer à terme les traditionnelles feuilles d’appel et lutter contre l’absentéisme.

(Capture d'écran  Beijing News)
(Capture d’écran  Beijing News)

Répondre “Présent ! ” à l’appel de son nom ? Un reliquat du passé dans six classes de l’université de Communication de Chine de Nankin, dans la province chinoise du Jiangsu. Afin de dissuader ses étudiants de sécher les cours, l’établissement a en effet décidé d’avoir recours à la technologie de reconnaissance faciale. Lorsqu’ils arrivent en classe, les futurs communicants doivent désormais se placer devant un écran interactif qui les prend en photo avant de comparer cette image à celle de la base de données de l’université, révélè un article de la BBC.

Selon les informations de Beijing News, le processus ne prendrait que quelques secondes. Extrêmement précis, l’appareil serait même capable d’identifier avec succès une personne ayant récemment changé de coupe de cheveux ou portant du maquillage. L’administration souhaiterait à terme remplacer les traditionnelles feuilles d’appel dans l’établissement.

Shen Hao, un professeur de l’université de Communication de Chine de Nankin, explique dans une pastille diffusée sur la chaîne chinoise que cette innovation permet aux enseignants d’identifier avec succès les étudiants qui manquent régulièrement les cours. “Le nouveau système nous fait gagner du temps et diminue la charge de travail des enseignants », ajoute-t-il.

Les réactions des internautes chinois sont, elles, bien plus mitigées. Une partie d’entre eux se disent inquiets de voir de telles technologies introduites dans la sphère éducative : “C’est juste tellement… bizarre. J’espère que notre école n’aura pas l’idée de les imiter”, commente par exemple un utilisateur du site de microblogage Sina Weibo. Une majorité d’utilisateurs se disent quant à eux soulagés de ne plus être étudiants.

Comme le fait remarquer à juste titre la BBC, ce n’est pas la première fois que l’introduction de cette technologie dans l’espace public provoque un tollé sur la toile en Chine. En mars dernier, des utilisateurs de Sina Weibo s’insurgeaient déjà contre la décision de l’administration du Temple du Ciel, un monument très touristique de Pékin, de placer un système de reconnaissance faciale à l’entrée de ses toilettes publiques. Précisons tout de même que l’objectif était alors bien différent : dissuader les visiteurs d’y voler du papier toilette…

Recommandé pour vous

0 commentaires