Facebook, sperme, pipette : comment les couples lesbiens organisent leur PMA clandestine

Le gouvernement devrait proposer l'ouverture de la procréation médicalement assistée aux couples lesbiens et aux femmes seules en 2018. Néanmoins, certaines n'attendent pas que la loi soit votée pour faire des enfants. Sur des groupes Facebook ou des forums, ces femmes contactent des hommes prêts à donner leur sperme et réalisent leur propre insémination à l'aide d'un simple bocal et d'une pipette à aspirine.

(Illustration Anissa Katz/ 8e étage)
(Illustration Anissa Katz/ 8e étage)

Le ciel est gris en ce début d'après-midi. Quelques gouttes de pluie humidifient le trottoir de cette petite ville de la région lyonnaise. Seb est seul dans son appartement. Il ne recevra ses prochaines « invitées » qu'en fin de semaine.

Ses invitées ? Des femmes qu'il ne connaît pas vraiment. Pas en vrai, en tout cas. Pour l'instant, ils n'échangent qu'à travers leurs écrans d'ordinateurs ou de téléphones. « Elles me demandent mes origines, s'il y a des maladies graves dans ma famille, quel est mon signe astrologique », énumère le quadragénaire en faisant défiler ses messages. Puis il reprend : « Italien/Espagnol avec les yeux bleus, cette fois, j'ai eu tout bon. Elles choisissent aussi au physique, donc ça veut dire que je ne suis pas trop moche », s'amuse-t-il, assis sur son canapé, une tasse de café à la main.

Même s'il est célibataire en ce moment, le futur rendez-vous de ce papa de trois enfants n'est pas le fruit d'un « match » sur un site de rencontre. Non, il fait partie d'un groupe Facebook qui permet aux donneurs de sperme, comme lui, et aux couples lesbiens ou aux femmes seules d'entrer en contact. Il en existe une vingtaine sur lesquels sont postées plusieurs centaines d'annonces comme celle-ci :

« Bonjour, nous c'est Kelly et Mathilde, en couple depuis bientôt un an et demi. Nous commençons nos recherches pour un donneur à l'artisanal, nous voulons bien le connaître avant toute chose. Nous pouvons nous déplacer à une centaine de kilomètres maximum (sic). »

Seb est inscrit sur l'un d'eux depuis un an et demi. Dans son groupe, ils sont 1 131 donneurs ou « receveuses » qui ne veulent pas attendre l'ouverture de la procréation médicalement assistée à toutes les femmes comme devrait le proposer le gouvernement l'année prochaine dans le cadre de la révision de la loi relative à la bioéthique.

La suite de ce reportage est réservée aux abonnés. 8e étage est un media indépendant, 100% financé par ses lecteurs, sans publicité ni actionnaire. Quatre grands reportages par mois sont ainsi réservés aux abonnés.

N’hésitez pas à nous soutenir à partir de 3,90€ par mois à prix libre (paiement sécurisé/sans engagement) pour accéder à cet article ainsi qu’à tous les autres longs formats du site !

Recommandé pour vous

Connexion

S'inscrire

Réinitialiser mot de passe

Testez 8e étage gratuitement pendant 1 mois !

Des grands reportages exclusifs en toute indépendance 🌍
ESSAI GRATUIT