À Divercity, le néolibéralisme est un jeu d’enfants

À Guatemala, c'est un parc à thème étonnant qu'accueille le centre commercial La Pradera Concepción. Les enfants y jouent le rôle de professionnels pour se plonger, en s'amusant, dans le monde des adultes. Sans que les parents s'en rendent compte, la pédagogie ludique s'assoit sur un fondement marketing, qui en fait un véritable outil idéologique.

(Photo Mikael Faujour/8e étage)
(Photo Mikael Faujour/8e étage)

« ¡Buenas noches1, bienvenido a Divercity! » Il est 11 heures du matin. Les portes du parc viennent d'ouvrir et la tournure nocturne de la salutation surprend. Dans cette mini-ville de 4200m2 à hauteur d'enfant, la nuit n'a pas de fin. Une nuit « pour de faux », sans lune et sans étoiles. Ses seuls luminaires sont des néons clinquants de logos et de marques.

Un hors-le-temps folâtre et pareil, peut-être, aux contes de l'enfance, parenthèse sans permission de minuit pour les enfants de 3 à 13 ans. Est-ce tout à fait le revers du monde éveillé, du monde du dehors, quelque « pays des merveilles » ? C'est plutôt là une nuit vide de peurs et de monstres ; une nuit sans fantaisie, sans poésie et sans ces défis symboliques où se joue cet héroïsme en mode mineur par lequel l'enfant surmonte ses craintes.

Point de lieux enchantés ici. Avec son hôpital, sa caserne, son supermarché, sa banque, sa route, ses usines de biscuits ou de sodas, Divercity ressemble à une vision idéalisée de la ville centre-américaine, expurgée de ses aspérités et telle que beaucoup la préféreraient sans doute : propre, ordonnée, sûre. Point de fées ou de sorcières, de géants et de créatures de l'imaginaire. À Divercity, les enfants s'amusent à imiter le monde des grands. Ils se font pompiers, architectes, chirurgiens, vétérinaires, pilotes de ligne ou présentateurs de télévision.

« On traite l'enfant comme un adulte », explique José Rojas, responsable du marketing. Le concept ? Un « modèle d'apprentissage » ludo-éducatif2 qui voit dans l'enfant le citoyen de demain. Il l'aide à se découvrir une vocation professionnelle, à apprendre l'épargne ou encore la gestion d'un budget. « À moyen ou long terme, comme il serait gratifiant pour le parc de savoir que c'est ici que l'enfant a découvert qu'il voulait être journaliste ou architecte ! »

La suite de ce reportage est réservée aux abonnés. 8e étage est un media indépendant, 100% financé par ses lecteurs, sans publicité ni actionnaire. Quatre grands reportages par mois sont ainsi réservés aux abonnés.

N’hésitez pas à nous soutenir à partir de 3,90€ par mois à prix libre (paiement sécurisé/sans engagement) pour accéder à cet article ainsi qu’à tous les autres longs formats du site !

Recommandé pour vous

Connexion

S'inscrire

Réinitialiser mot de passe

Recevez 8e étage dans votre boîte mail !

L'information que vous n'avez pas lue dans les autres médias ! 📬
S'INSCRIRE