Islam

Le Centre de la Culture musulmane à Varsovie, vandalisé en novembre 2017. 
(Photo Capucine Japhet/8e étage)

À l'instar des anciens pays de l'ère soviétique, la Pologne est particulièrement réticente à l'immigration. À Varsovie, une capitale ancrée dans le catholicisme, les musulmans peinent à trouver leur place.
Islam Karimov en 2013.
(Photo Flickr/ Saeima)

Cette semaine, nous revenons sur le drôle de signal envoyé à d'anciens détenus récemment amnistiés par le pouvoir en place en Ouzbékistan.
3bis

Dans la Turquie d'Erdoğan, où 98% de la population est musulmane, presque tous les vendeurs de porc ont fermé boutique. Les frères Kozmaoğlu par exemple, derniers charcutiers d'Istanbul, ne vendent quasiment plus de porc qu'aux musulmans fortunés pour lesquels "le ...
(photos Benjamin Chabert)

Modèle en terme de cohabitation pacifique religieuse, le Sénégal abrite cependant une contradiction. La ville de Touba, 2e plus peuplée du pays, applique la charia, malgré une constitution laïque.
(Photo Flickr/ Chadica)

Les quelque 200 000 musulmans de la ville de Madrid pourront bientôt se faire enterrer selon les rites islamiques au cimetière de Carabanchel Alto.
(photo Flickr/Shaeekh Shuvro)

L'islam pourrait bientôt perdre son statut de « religion officielle du pays » au Bangladesh. Il lui avait été accordé en 1988.
(Photo Flickr/ Bert Kaufmann)

La mosquée-cathédrale de Cordoue n'est plus la propriété de l’Église espagnole, qui l'avait acquise pour 30 euros en 2006, mais celle du monde entier.
(Capture d'écran :  rferl.org)

Au Kirghizistan, le gouvernement a mis en place une formation aux nouvelles technologies digitales à destinations des imams prônant un islam modéré.
"La vente de bières et de boissons alcoolisées est réservée aux non-musulmans" (Photo Flickr / Paul Fenwick)

En Iran, le gouvernement a décidé d'ouvrir 150 centres de désintoxication pour les alcooliques. Paradoxalement, l'alcool est interdit dans le pays.
Le président du Tadjikistan Emomali Rahmon aux Nations Unies en 2009.

Le gouvernement tadjik veut interdire aux nouveaux nés de porter un prénom arabe – et éventuellement forcer ceux dont c'est le cas à en changer – au nom de la laïcité.